Archives par mot-clé : Dusapin

Xenakis ingénieur, architecte et grand compositeur

Merci à mon cher chroniqueur et musicologue distingué  de nous avoir signalé ce très intéressant documentaire d’ARTE TV de Stéphane Ghez  consacré au compositeur français d’origine grecque à l’occasion du centenaire de sa naissance. Il nous apprend que Xenakis n’est pas seulement le « mathémusicien  » que l’on raconte habituellement: Ingénieur en béton armé formé en Grèce, il exerce ce métier en France au service de Le Corbusier, tout en se faisant connaitre, avec l’aide de Messiaen, comme compositeur  de la musique « stochastique » à base de concepts mathématiques qu’il programme en fortran, une musique contemporaine totalement novatrice. 

Ce documentaire nous apprend aussi, avec les témoignages de sa fille, Mâkhi Xenakis , du compositeur grec Georges Aperghis et surtout de son disciple,  Pascal Dusapin que sa musique et ses partitions s’inspiraient de ses différents métiers, comme le synthétise Renaud Machard dans son portrait d’un musicien à l’oreille d’architecte :

A l’époque où leurs styles musicaux se sont constitués, Boulez entendait des hauteurs et des combinatoires ; Xenakis percevait des masses et des flux. Et l’une des qualités de l’excellent documentaire Xenakis révolution, le bâtisseur du son, de Stéphane Ghez, est de montrer comment Xenakis a fait cohabiter les acquis de ses métiers. Notamment en superposant à l’écran les graphismes musicaux de sa première partition officielle, Metastasis (1953-1954), pour orchestre, et les plans d’architecte du couvent Sainte-Marie de La Tourette (1956-1960) pour lequel Le Corbusier lui avait laissé une large part de créativité et d’intervention.

Pour ma part je retiendrai la confidence faite par Xenakis à Dusapin : « l’ordinateur n’invente rien, pas de déterminisme dans mes compositions,  c’est l’arbitraire ! L’instinct est le choix subjectif,  le seul garant de la valeur d’une œuvre ».

Xenakis révolution, le bâtisseur du son ,   documentaire ARTE tv 

« Pour chanter ça, il faut placer la voix derrière les yeux. »

Les confidences de Pascal Dusapin   sur sa musique sont finalement assez rares; son art de composer, sa recherche de la forme restent un mystère pour bien des musicologues.  Aujourd’hui Il  nous  fait quelques révélations. Loin de composer « à l’instinct » comme on lui en prête parfois la démarche,  « au crayon », « à la table » comme il l’affiche habituellement  (voir ici quelques exemples), il parle de « logiciel », « structure », « étais », « contraintes » dans un interview de Pierre Gervasoni au journal Le Monde. En voici quelques extraits.

L’installation sonore pour la  panthéonisation de Maurice Genevoix  Continuer la lecture de « Pour chanter ça, il faut placer la voix derrière les yeux. »

Dusapin, l’inconnu célèbre

Michel Guerin nous enjoint, dans Le Monde, d’aller écouter Pascal Dusapin, à la Philarmonie de Paris,ce WE. Helas, j’en suis trop loin. Mais ce serait dommage que les parisiens qui me lisent n’en profitent pas…

Dans le métro, entre une publicité pour une robe et une autre pour un bracelet, on est tombé sur le visage de Pascal Dusapin. Il s’affiche pour annoncer le week-end que la Philharmonie de Paris lui consacre, les 17 et 18 février. C’est un compositeur de musique contemporaine. Entendez : la musique classique d’aujourd’hui. Il a 62 ans. A son actif, près de cent cinquante œuvres, de la pièce pour piano à l’opéra. Une question nous est alors venue. Quel est son statut ? Pour un écrivain ou un cinéaste, on a une idée. Pour lui, non.

Ses œuvres ne passent pas sur les radios généralistes, son potentiel commercial est faible, son rôle social incertain. Les grands noms de cet art sont inconnus. Cela tient beaucoup au côté indocile de leur musique. Inaudible, disent les plus durs. Dans un monde où l’on rêve d’harmonie, comment entendre une voix dissonante ? Pascal Dusapin est bien placé pour répondre puisque la Philharmonie le présente comme « l’icône de la musique contemporaine ». Soit le compositeur français le plus connu et joué dans le monde.

On pensait tomber sur un écorché, Continuer la lecture de Dusapin, l’inconnu célèbre

Dusapin, Dutilleux, Ravel avec le Philharmonique de Radio France

Il y avait du monde hier soir, Salle Pleyel. Le serveur du restaurant nous avait prévenu, juste avant le concert: « Oui, ce soir, on attend du monde ici, car il parait que c’est complet là-bas, pas comme la semaine dernière où la programmation était pourrie ».Effectivement, il y avait du monde, et du beau monde pour ce concert retransmis en direct sur France Musique et que l’on peut écouter encore.
J’arrive en avance, mais Henri Dutilleux est déjà là , deux rangs devant nous, bien calé au fond de son fauteuil, la béquille à ses pieds. Le grand homme (« mon Cher Maitre » dira Pierre Berger  venu le saluer) parait bien fatigué, davantage que précédemment.

Henri Dutilleux le 10/12/2010Henri Dutilleux à Pleyel le 10/12/2010.

Pascal Dusapin arrive bientôt, grande silhouette dépassant d’une tête la foule qui s’installe dans les fauteuils d’orchestre, une très jolie jeune femme blonde à ses cotés (Florence Darel – son épouse). Continuer la lecture de Dusapin, Dutilleux, Ravel avec le Philharmonique de Radio France