Archives de catégorie : Musi-techniques

Ecouter la 10e symphonie de Beethoven ?

On aimerait bien pouvoir l’écouter, cette 10e symphonie. Malheureusement Beethoven est mort en n’en laissant que des fragments épars, des idées préparatoires, telles les 11 premières secondes.

Et pourtant, écoutez  ces 115 secondes de musique :

C’est extrait d’un concert donné début septembre à Lausanne par l’orchestre suisse Nexus. La partition a été écrite par AIBeethoven, une intelligence artificielle du type  deeplearning. Florian Colombo chercheur à l’EPFL   l’a entrainé sur les quatuors de Beethoven pour créer les partitions de  tous les instruments de la symphonie, et la partition finale n’a fait l’objet d’aucune modification a postériori. 

Que faut-il en penser? Ce court extrait est suffisant pour y reconnaitre  le style des quatuors de Beethoven. La composition est bien ficelée ainsi que l’instrumentation et l’orchestration, AIBeethoven a bien travaillé. Mais cela reste une musique d’imitation, sans innovation stylistique, sans le génie créateur de Beethoven.

Pour en savoir plus sur ce projet, lire ici l’article du magazine Sciences et Avenir.

L’électronique musicale classique en déshérence

En 2021, les plus grands violonistes du monde se réjouissent de pouvoir jouer sur les 500 stradivarius que les siècles nous ont légués. Ils jouent la musique ancienne mais aussi la plus contemporaine.

En 1970, quelques petits génies sous la houlette de Pierre Boulez à l’IRCAM ont voulu révolutionner l’instrumentation musicale avec une musique dite « mixte ». Elle mélangeait des sons analogiques puis numériques à ceux des stradivarius et autres instruments classiques de l’orchestre contemporain. Mathématiciens devenus informaticiens autant que compositeurs, ils ont inventé de nouvelles machines à l’IRCAM, des synthétiseurs « à leur sauce », fabriquées à l’unité, soucieux de trouver « leur son » et d’interpréter eux-mêmes leurs œuvres, lors de rares concerts. Non contents, ils inventaient aussi, chacun dans son coin de nouvelles notations musicales aux graphismes plus ou moins abscons, soucieux que ces musiques soient jouées plus tard au plus prés de l’interprétation initiale. Ces partitions sont autant d’œuvres d’art accompagnées de modes d’emploi complexes, œuvres difficiles d’accès, comme souvent dans l’art abstrait.

Hélas, ces compositeurs et interprètes du siècle dernier ont vieillis pendant que leurs machines hors d’usage prenaient la poussière dans les caves de l’IRCAM. Trop peu d’enregistrements de certaines de ces œuvres permettent aujourd’hui d’en prendre connaissance. Leurs partitions parfois éditées à l’époque sont devenues introuvables ou inexploitables au grand désespoir de leurs auteurs, de leurs ayant droits et des éditeurs.  Tel est l’impitoyable destin de cette musique classique électronique, inventée par des apprentis sorciers insouciants de l’avenir.(*)
Autant de soucis que l’usage des stradivarius épargnent aux musiciens et mélomanes de notre 21e siècle.

(*) Voir l’enquête de Pierre Gervasoni dans Le Monde du 7 mai.

Fare Well From Scotland

L’Ecosse et plus précisément sa capitale Edimbourg nous envoie un son et lumière particulièrement beau, innovant et… écologique !  pour nous souhaiter la bonne année.  C’est  ICI.

Trois envols de drones pour ce son et lumière du futur : Le passé avec les Highlands sauvages et dans le ciel les cerfs qui volent en gambadant; le présent et sa covid avec tous ses malheurs ; et le futur, une année 2021 plein de promesses , le tout dans un style poétique nimbé  d’une musique magnifique aux accents écossais (bien sûr), qui n’est pas sans m’évoquer Ma Belle Ecosse.

Voici, avec tous mes voeux à mes lecteurs, cette somptueuse vidéo de Fare Well – Edinburgh’s Hogmanay 2020 :

:

 

Faciliter la lecture des partitions sur tablette

France Inter et Radio France nous offre des articles très intéressant dans le domaine musical, par exemple celui sur l’ Histoire de la musique oublieuse des nombreuses compositrices, depuis trois siècles. Aujourd’hui nous reprenons un article de  Ludovic Piedtenu et Julien Baldacchino publié le 26 novembre 2020 concernant une invention qui va révolutionner la vie des musiciens.

Créer la première (et la plus grande) bibliothèque de partitions numériques du monde : c’est le défi que s’est lancé une entreprise basée à Berlin, « Enote », alliance d’un chef d’orchestre et d’un informaticien. Leur objectif : faciliter la vie des musiciens et des musiciennes du monde entier avec la « partition du 21e siècle ».

 

L'application doit permettre aux musiciens de lire plus facilement des partitions sur l'écran de leur tablette ou smartphone
L’application doit permettre aux musiciens de lire plus facilement des partitions sur l’écran de leur tablette ou smartphone © Daniel Wetzel / Enote

 

L’idée de cette nouvelle application (téléchargeable ici) est de se baser sur une intelligence artificielle capable de lire une partition dans les moindres détails, quels que soient l’instrument, la taille de l’orchestre, et de la retranscrire sous un format plus adapté aux écrans. C’est là que réside la principale innovation : en convertissant une partition papier dans un format natif, il devient possible de la transformer directement dans l’application : « Vous pouvez changer la taille du texte, mais aussi le style de partition : certains musiciens aiment voir la musique dans un certain style. La partition peut être personnalisée, ou transposée dans une autre tonalité, en un clic – ce qui, avant, pouvait prendre des heures, voire des jours, à la main« , explique Boian Videnoff.   

 

Jusqu’à 150 000 partitions dans l’application ? 

 

Même avantage pour les chanteurs, ou les pianistes qui parfois les accompagnent : gagner du temps et éviter du stress. « Chaque musicien, dans une partition d’orchestre, peut retrouver sa partie. On a une bibliothèque de métadonnées qui permet de naviguer dans un mouvement, voire à une mesure en particulier », détaille le chef d’orchestre, qui note aussi que cette bibliothèque numérique devrait permettre aux musiciens et aux musiciennes de retrouver des partitions rares, des éditions anciennes, sans prendre le risque de les abîmer.   

 

À l’heure actuelle, l’application, qui est en version beta publique (et sur liste d’attente), propose 3 500 œuvres, et pratiquement autant sont ajoutées chaque semaine. D’ici à la fin de l’année prochaine, les concepteurs de l’application promettent qu’elle en contiendra plus de 150 000.