Archives de catégorie : Beaux-Arts

Toutânkhamon

Cette belle exposition connait une succès considérable: plus de six millions d’euros de recette là où les organisateurs en attendaient deux et demi au lancement. Voilà qui fait le bonheur des organisateurs qui l’ont conçu comme une exposition itinérante pour financer les travaux du nouveau musée du Caire.
Et il est vrai que la visite se mérite. Hors l’heure d’attente en plein soleil avant d’entrer,   les flux de visiteurs s’avèrent ensuite bien organisés . On peut admirer à loisir les beaux trésors du musée du Caire en voyage. Nota: ne pas oublier de retourner voir le « Toutânkhamon » du Louvre. Il faisait la part belle, autant que je m’en souvienne à la première exposition Toutânkhamon de 1967.

Trompette en argent doré avec sa sourdine en bois – Sistre (usagée) en bois doré avec fils de bronze.

 

Anagrammes à quatre mains – Karol Beffa

J’étais hier soir au théâtre du Rond Point, à Paris, pour voir le spectacle de François Morel, composé sur des textes et sketchs de Raymond Devos. Un spectacle gentillet, loin de la prestation étourdissante de cet artiste complet qu’était Devos, tel que je l’ai vu il y a… longtemps.

A la sortie, la librairie du théâtre m’a donné à voir le dernier livre  Anagramme à quatre mains que publie Karol Beffa et Jacques Perry-Salkow. Quel bonheur que ce petit livre éblouissant d’une intelligence espiègle, mêlant le génie de l’auteur d’anagrammes à l’humour du musicologue ! 

Le jeune Lully engagé comme garçon de cuisine à la cour de France, son premier emploi

Je ne résiste pas à en publier un extrait ( exemple en gras) concernant Lully, le surintendant de la musique royale remarqué dans sa prime jeunesse par le Duc de Guise qui, de passage à Florence cherchait « un joli petit italien » pour sa nièce (voir ci-conte la statue d’Adrien Gaudez du jeune Lully exposée au Petit Palais ).

Arrivé en France en 1646, mort à Paris en 1687, le musicien servit le roi pendant près de quarante décennies. Ses succès lui valent de fortes inimitiés. Toujours en butte aux jalousies et aux intrigues courtisanes, ainsi passa la quarantaine d’étés de Monsieur Lully.

L’Abbaye Saint-Philibert de Tournus

La façade (Source Wikipedia)Que faire un jour de pluie et de grand vent quand on passe à Tournus?

Visiter l’abbaye, bien sûr!
Et là, c’est la grande surprise, l’émerveillement total: Nous voici face à une grande église-forteressse du IX-XII » siècle, du plus parfait style roman.
On entre dans un imposant vestibule (le narthex), un endroit très sombre, avec d’imposants piliers ronds de pierres brutes; on descend quelques marches pour pénétrer  dans la nef centrale par une allée surprenante de luminosité – pour une église romane. On admire la hardiesse des voûtes (plus de 18 mètres !), l’impression est étonnante. Une technique de voûtage pratiquement unique a été mise en œuvre: la voûte en berceau transversal. Chacune des 5 travées est couverte d’une voûte de pierre en plein cintre, dans sa largeur, s’appuyant ainsi sur sa voisine au lieu de peser lourdement sur les murs latéraux. Continuer la lecture de L’Abbaye Saint-Philibert de Tournus

Chtchoukine chez Vuitton

Vuitton rhabillé par Buren

1er choc : La Fondation Louis Vuitton s’est faite « rhabillée » par Buren. Mauvaise donne ! Je la préférais nue. Cette robe aux couleurs crues -option : c’est gratuit ! – ça ne fait pas « class ». Pour tout dire ça fait…Buren!

2e choc : Quel monde ! Faut-il venir à 21H plutôt qu’à 14h30 pour ne pas voir ces centaines de têtes devant les tableaux?

3e choc : Quelle caverne foisonnante de chefs d’œuvres, quelle beauté !

Le Musicien – Yvan Klioune

 

J’avais vu un grand nombre de tableaux de nos peintres français du début du 20e siècle à l’Ermitage, il y a longtemps, très étonné que l’Union soviétique de l’époque puisse détenir un tel trésor.  J’ignorais tout de l’histoire de ce collectionneur-héros  Sergueï Ivanovitch Chtchoukine dont la Russie d’aujourd’hui peut s’énorgueillir à juste titre.

J’ai pris quelques photos de mes tableaux préférés – voir le diaporama ci-après. Continuer la lecture de Chtchoukine chez Vuitton