Petite suite pour piano solo

Et voici ma dernière composition :

Et le lien vers la partition.
Et ce qu’en dit la critique :
« Très originale Suite pour piano de 5 tableaux pianistiques écrits par un pianiste-compositeur et improvisateur à la plume mordante et sarcastique.

Le plan de la suite est clairement donné :
A Premier tableau : : mes 1 à 40 ( 0 à 1’51 /audio )
B Deuxième tableau : mes 40 à 73 (10’52 à 3’ 12)
C Troisième tableau : mes 74 à 124 ( 3’13 à 5’22)
D Quatrième tableau :mes 125 à 167 (5’23 à 6’33)
E Cinquième tableau : mes 168 à 249 (6’34 à 7’53 )

Les harmonies sont recherchées ( c’est à dire le contraire de faciles,ou communes mais pimentées à souhait on adore !) et la partition est quasiment orchestrée ( grande harpe , basse, percussions, …)
certains tableaux offrent des similitudes comme ;
– les tableaux A et C : énergiques , aux rythmes saccadés, le ton y est percussif, les chromatismes nombreux, et on y retrouve beaucoup de contrastes d’expression ( même entre les 2 mains: voir sur la partition « cresc. dans les graves .mes 27 . » par exemple) Ce qui concourt à rendre cette musique claire, dynamique et pleine de relief.
.
Les tableaux B et E sont d’allure plus débonnaire, presque joviale, bien que l’écriture soit aussi pointilleuse, mais le ton est apaisé, parfois allégé , à la façon des « scherzino ». symphoniques ( Poulenc et son Babar l éléphant, ou Prokoviev et ses pièces pour enfants ne sont pas si étrangers à ce genre de musique)

Enfin le tableau D , la délicieuse balade pour piano (qui est l’ instant clé de la Suite ) est une véritable « invention » au sens où Bach l’entendait, avec son style en imitation ( écriture résolument horizontale) , le jeu entre les deux mains est fluide et élégant…et le clin d œil musical (mesure 165 – 167 ) avec sa quasi tierce picarde est très joliment écrit.

Sans se livrer forcément à la première écoute , la petite suite pour piano nous emporte peu à peu dans un récit nuancé et captivant – quelques accents glanés ça et là ( à Bach, , Dutilleux, Bartók, Prokofiev, Errol Garner ) concourent à lui donner toute son originalité.

Emilie

Ps : Cette mise en partition est une prouesse car comment traduire en simple « solfège » de la musique pure et vivante, directement sortie du cœur et des doigts ?
Chopin n’avait-il pas les mêmes soucis quand il réécrivait ses pièces quasi improvisées au piano: on le vérifie quant on rencontre les rythmes intraduisibles et non-superposables appelés « guirlandes musicales »

Une réflexion au sujet de « Petite suite pour piano solo »

  1. Que dire… Bravo ! J’ai beaucoup aimé le tableau A, le Tableau C et le D ! Même si je ne comprends pas toute la description, ces parties sont très agréables.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *