John Surman au Châtelet le 8 octobre 2016

surman01J’ai connu John Surman en concert dans les années 80s dans une maison de la culture du 93, dans le cadre des Banlieues bleus. J’écoutais beaucoup ses disques ECM à l’époque. Il était seul sur scène, entouré d’ordinateurs et de synthétiseurs sur la musique desquels il soufflait dans son fameux saxo baryton et autre clarinette ou saxo soprano.
Le 8 octobre dernier, il avait toujours ses trois instruments, plus quelques passages enregistrés sur séquenceur ou en re-re , à peine perceptibles et programmés sur un ordinateur invisible… Mais il était entouré en première partie d’un quatuor à corde, le Trans4mation String Quartet et du contrebassiste Chris Laurence. De bien belles musiques de chambre,  avec des réminiscences de Bach ou de musiques folks.

surman02Dans la deuxième partie, son épouse et chanteuse Karin Krog  est venu le rejoindre sur scène et nous a chanté A Sentimental Mood de Duke Ellington et Hi-fly de Randy Weston avec  au piano… Jack DeJohnette (« l’invité exceptionnel » du programme). Je ne savais pas que DeJohnette était un aussi bon pianiste. Ce samedi soir, je dois avouer que je l’ai préféré au piano  plutôt qu’à la batterie, quand Surman et lui se sont lancés ensuite longuement (trop longuement !) dans un free-jazz échevelé dont je suis sorti avec les tympans en accordéon. Heureusement on a retrouvé le quatuor et tout le reste de la troupe dans un morceau final de toute beauté, qui méritait les applaudissements nourris de l’assistance.

Un compte rendu très détaillé de ce concert par  est à lire sur le site de Jazz Magazine, ICI.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *