Olivier Greif et son 4e quatuor « Ulysses »

"Je veux que ma musique surprenne, perturbe, émeuve l’auditeur. Le pire compliment qu’on puisse me faire est de la trouver « jolie »."
 Olivier Greif
"Il est allé très loin dans le beau et dans le laid. Et il en était très fier!"
 Patrick Langot,
Violoncelieste du quatuor Syntonia et créateur du 4e quatuor "Ulysses" d'Olivier Greif.

___________Biographie________________ Site  d’Olivier Greif_______________

J’ai découvert une première fois la musique d’Olivier Greif (1950-2000) avec la Sonate de Requiem, une œuvre aigüe, particulièrement poignante lors d’un concert au Châtelet avec Henri Demarquette.
Un récent concert donné par l’association  Les Musicales Guil Durance m’a permis d’approfondir la connaissance de cette musique singulière. Cette fois c’est l’Ensemble Syntonia, qui nous  interprétait brillamment ULYSSES.

de g. à d. : Stéphanie Moraly, Thibault Noally, Caroline Donin, Patrick Langot
de g. à d. : Stéphanie Moraly, Thibault Noally, Caroline Donin, Patrick Langot

ULYSSES  est le 4e et dernier quatuor de Greif  (publication quelques mois avant sa mort à 50 ans, en 2000) – et le dernier du XXe siècle, dixit Stéphane Goldet.

Stéphane Goldet
S. Goldet

Cette éminente musicologue nous présentait l’œuvre, en reprenant d’ailleurs peu ou prou son émission du 17 Nov. 2013, Plaisirs du Quatuor sur  France Musique. Les extraits sonores qui sont dans ce billet sont issus de l’enregistrement que j’ai fait de cette émission avant qu’elle disparaisse.

L’intégralité de l’émission est à écouter ICI (attention, durée 1h30 !)

La musique d’Olivier Greif

En voici un exemple choisi dans le 2e mouvement du quatuor No 4.
Très loin d’une musique convenue « à la française », on la situe généralement dans le sillage de   Mahler ou de Chostakovitch. C’est en effet une musique qui mêle les passages sentimentaux, souvent funèbres, l’ humour grinçant (comme dans le premier mouvement avec ces fausses notes provocantes ou dans le 4e mouvement intitulé Bourbonnais), les fulgurances sonores (les « coups de griffe » que note Stéphane Goldet), et de curieux décalages rythmiques, sortes de déhanchements. Cette musique, généralement tonale, est singulière et novatrice dans sa conception; elle accumule les thèmes (plus de quarante dans ce 4e quatuor), des thèmes que le compositeur va souvent chercher sans vergogne, avec une appétence curieuse dans les musiques populaires et qu’il utilise comme les matériaux d’une alchimie savante.
Voici ce que Olivier Greif dit lui-même de sa musique :
Propos sur ma musique

Le quatuor « Ulysses »

L’œuvre qui fait 50 minutes est composé de 7 mouvements :

  • The jew’s daugter, 10′, (la fille du juif, titre de la chanson que Greif a trouvé dans le Ulysse de Joyce et qui est l’un des thèmes ce ce 1er mouvement)
  • … along the death, 6’30 »
  • (Ghost) Langster Midang « le délégué de la population paré du costume de cour » 5’30 »
  • Bourbonnais,  4’30 » (c’est à l’abbaye de La Prée en Bourbonnais que l’œuvre a été créée)
  • Night hunt Paris, 13 septembre 1999,  6′
  • Hoopsa, boyaboy, hoopsa !  3’45 »
  • Amarillis 16′ (thème principal : Amarilli mia belle de Caccini)

Dans ce quatuor, on reconnaitra quelques airs familiers, suites de notes  telle: sol do, mi sol, do fa la do la sol. Et un clin d’oeil appuyé du  compositeur à Joyce avec, dans le premier mouvement  The jew’s daugter  (La Fille du juif), une petite ritournelle irlandaise violemment antisémite (Greif était juif) extraite de l’ouvrage « Ulysse » de James Joyce,  sa lointaine référence littéraire.

The jew’s daugter et  la partition du livre

On notera surtout dans le dernier mouvement le célèbre Kaddisch, mélodie hébraïque, suivie de la belle cantate « Amarilli mia bella »de Giulio Caccini (1551-1618), ces deux thèmes étant « mixés » ensuite dans un entrelacs contrapuntique d’un suprême  raffinement.

Extrait du 7e mouvement « Amarillys »

Voici enfin l’intégrale de ce quatuor (enregistrée lors de l’émission) interprété par l’ensemble Syntonia, créateur de l’œuvre en 2000, avec l’aide du compositeur.

Une réflexion au sujet de « Olivier Greif et son 4e quatuor « Ulysses » »

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *