Faut-il revendre son Stradivarius?

Une étude à l’aveugle menée à Indianapolis par une chercheuse française bat en brèche la réputation de perfection des fameux Stradivarius nous apprend Le Monde. Claudia Fritz, acousticienne à l’université Paris-VI, a profité de l’édition 2010 du concours international d’Indianapolis pour faire tester à l’aveugle des instruments par vingt et un violonistes confirmés. Et le maître de Crémone n’en sort pas grandi, loin s’en faut.Voir l’article (en anglais) d’un des expérimentateurs et les commentaires de violonistes confirmés  ICI:

Traduction par Google ICI

S’il fallait résumer en une phrase : les meilleurs fabricants modernes sont aussi bons que les meilleurs fabricants anciens … et le son est ce qui compte.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *