Trio pour violon, violoncelle et piano « LE PRINTEMPS »

Voici les deux premiers mouvements de mon Trio pour violon,violoncelle et piano intitulé « Le Printemps » dont le premier mouvement avait déjà été publié sur l’ancien site de MusiComposer.fr (*) – et qui avait reçu quelques échos favorables, bien qu’ « un peu trop tonal »  (ou tout au moins « consonant ») pour certains… 😉

On verra s’il en est de même du 2e mouvement que je viens de terminer, à travers les commentaires.

– 1er mouvement intitulé : L’appel des Fleurs :

– 2e mouvement : l’Appel de la Forêt

Nota :
– les partitions sorties « brut de fonderie » du logiciel d’édition ne sont pas publiables sans une travail de correction que je n’ai pas terminé… Désolé !
– (*) L’ancien site (archive) sera republié dès que possible, par mes soins cette fois en même temps que je mettrai à jour mes sites persos.

9 réflexions au sujet de « Trio pour violon, violoncelle et piano « LE PRINTEMPS » »

  1. Le premier mouvement est très sympathique, pas trop tonal à mon goût (on s’approche plus de la modalité jazz il me semble). Malheureusement les sons n’y font pas l’honneur dû : les nuances du piano sont mal rendues (il serait impossible à un pianiste d’atteindre un niveau si bas qu’on l’entende à peine sous un mf de violon, d’autant plus que seul le volume semble changer, et non le timbre). Ce premier mouvement manque quand même de parties solistes malgré tout, à mon avis.

    Très beau second mouvement, extrêmement poétique, narratif, descriptif, tout ce que j’aime ! Même le timbre des instruments est beaucoup mieux, je crois. Plus de polyphonie, non pas simplement plusieurs voix homogènes et basées sur le même discours, mais chacune vivant pour elle-même par moment. Très réussi. Bravo !

  2. Bien agréable de te retrouver sur le site!

    En ce qui concerne le premier mouvement de ce Trio, je rejoins Nicolas pour sa remarque sur la nuance du piano au début. Mais dans l’ensemble, j’ai un peu de mal à m’accrocher au déroulement mélodique de cet « Appel des Fleurs ». Au départ, elles sentent plutôt bon, mais ensuite le « discours mélodique » comprend des brutalités qui me paraissent assez gratuites, à moins d’être tombé sur certaines fleurs de la forêt amazonienne qui ont fort mauvaise réputation. C’est, à mon avis, un peu dommage, car il y a des passages poétiques dont les odeurs ne demanderaient pas mieux que de se répandre…

    Je préfère nettement le deuxième mouvement du Trio, à la fois original, sensible et varié. J’ai le sentiment que la reverb a été poussée et celà donne une bonne spacialisation à cet « Appel de la Forêt », particulièrement pour les effets spéciaux. En salle de concert, il y aurait peut-être un petit problème pour obtenir cette spatialité… Je ne connais pas assez les cordes pour me représenter comment obtenir ces effets spéciaux: sont-ce des harmoniques, des positions particulières de l’archet? Quelle est l’indication sur la partition?

    En tout cas c’est très agréable à écouter et très bien réalisé. Félicitations!

  3. Bonjour à tous deux et merci pour avoir écouter et commenter si vite : ça fait plaisir !
    A Nicolas:
    Ce problème de lecteur audio a été réglé avec les webmasters.
    Concernant le premier mvmt, j’ai conscience que le son n’est pas très bon en effet. A reprendre, avec la partition d’ailleurs.
    A François :
    Ce que tu appelles « effets spéciaux » sont des articulations classique du violon et du violoncelle, soit joués en harmoniques, soit près du chevalet, cf. la musique de Flotentine Mulsant que j’avais publiée sur le blog (et que l’on peut toujours entendre ici :
    http://musiquecomposer.fr/2010/07/24/florentine-mulsant-portrait-d-un-compositeur/
    Encore merci, et content que cela vous plaise.

  4. Et bien moi c’est le contraire, je préfère le premier mouvement, plus mélodique et rythmique, même si le piano sonne trop métallique et martelé. Le deuxième mouvement est plus thématique me semble t-il. Ce n’est pas un hasard si j’écris des mélodies accompagnées. C’est par goût personnel.

  5. Pour ma part, j’aime bien les deux car je trouve qu’ils se complètent admirablement.

    Dans le 1er Mt le dialogue entre le violon et le violoncelle soutenu par un piano volubile, est très intéressante. Par contre effectivement l’accentuation trop forte des accords plaqués au piano dans certains passages aurait tendance à perturber l’homogénéité harmonieuse de l’ensemble.
    Dans le 2ème Mt le discours mélodique qui s’égrène par petites touches tout au long de l’oeuvre génère une atmosphère mystérieuse très réussie. On notera les belles accentuations très variées (y compris les harmoniques) des cordes, la démarche incisive du violon et la rondeur des graves du violoncelle. Bravo Cubase!. Pourtant pour moi, la reverb est un peu trop violente et malgré qu’elle renforce à souhait le côté mystérieux recherché, elle amène un petit coté artificiel et un peu forcé de la musique de studio à la limite du réel.
    Mais finalement c’est quand même très beau! ………

  6. Merci JLP pour cette écoute attentive et indulgente ! Après les remarques ci-dessus, j’ai repris le premier mouvement du triple point de vue de la compo (certains passages en contrepoint), de l’orchestration (le violon joue à l’octave pour qu’on l’entende sur le violoncelle) et de l’enregistrement (modification de la réverb et plus de réverb sur le piano qui est maintenant moins « sec »).
    J’ai laissé l’ancienne version du 1er mouvement, pour comparaison.
    Les partitions sont sur le chevalet, mais ne seront pas prêtes avant la fin septembre, du fait de mon absence prochaine.

    Par ailleurs, j’ai reçu ces deux mails de Magali Heyries (depuis Facebook) concernant ces deux pièces et celle du concours, écoutées sur le blog.
    Bonjour Jean Louis.
    J’ai lu l’interview du pianiste JB Milon et j’ai adoré sa personnalité, j’ai bien plus aimé votre colombine sous ses doigts !! C’est cent fois mieux qu’un fichier midi !) A ce sujet, le quatuor du gagnant de votre concours mériterait vraiment d’être joué. Il me semble trés intéressant; motivez -le pour obtenir un enregistrement autre que numérique (avec des glissandi qu’on croirait être bruits de ressort!!) A bientôt sur le net, heureuse d’avoir pu discuter musique avec vous.

    2e mail (concerner ces deux pièces):
     » Bonjour Jean Louis. Superbe ! Belle inspiration que celle des oiseaux de votre jardin ! Musique et poésie ont toujours porté de beaux fruits gorgés de soleil ! Je vous rejoins sous peu sur votre site, promis, d’autant que j’avais beaucoup aimé l’excellent travail que vous y faites.  » Magali

  7. Les deux mouvements adoptent deux démarches différentes et me semblent à ce titre incomparables. Le premier, porté par une rythmique répétitive au piano sonne agréablement pour celui, qui comme moi, apprécie la musique tonale et mélodique. C’est un terrain pas aussi aisé qu’on le dit et l’incursion de Jean-Louis Foucart dans ce domaine, assez inhabituel chez lui,est ici heureuse. Certes, la force rythmique de ce premier mouvement semble éloignée des évocations habituelles de l’univers floral : point d’accents debussystes par touches évanescentes ; on est plutôt dans un défilé de couleurs battues par les vents, printaniers… Quant au second mouvement (second ou deuxième ?), il fragmente l’espace avec des cellules sonores évocatrices d’une atmosphère plus conforme aux codes poétiques se rapportant à la description du monde sylvestre, chargé de mystères et d’inquiétudes multiples. La réverbération y contribue mais pas seulement. C’est la composition et la répartition des instruments qui contribuent à élargir l’espace sonore de cette pièce, plus statique, plus mystérieuse et tellement différente de la première. Cette variété peut étonner, elle ne détone pas.

  8. Quoi de plus agréable que d’écouter un trio printanier en plein hiver ! « L’appel des fleurs » avait déjà suscité sur le forum plusieurs commentaires et je l’entendais moi-même déjà comme une Sinfonia à 3 voix , toute en force et en énergie, ( voir forum : http://foucart.net/musicomposer_fr/viewtopic.php?topic=1228&forum=19 ) . Soulignant le caractère légèrement plus enjôleur et parfois consonant et de cette musique en adéquation avec le titre même du morceau  » l’appel des fleurs » .

    Dans « l’appel de la forêt ,  » le Second Mouvement du trio, une seule note , (do ) inquiète, jouée au violoncelle , puis répétée trois fois , et « appoggiaturée  » lance un motif ascendant plus lyrique, repris par le violon et bientôt commenté par le piano.
    De cette introduction mystérieuse et sombre, s’échappent des thèmes plus allègres, quasi descriptifs.
    On y distingue des cellules rythmiques percussives, en valeurs brèves et répétées, presque joyeuses. Le martèlement de ces ostinati rappelle même certains des chants d’oiseaux Ils définissent d’ailleurs des repères au fil du morceau.
    L’aspect très concret de cette musique illustre une certaine réalité de la forêt, et s’oppose aux passages plus langoureux et sombres, interrogatifs, où les cordes par exemple dialoguent entre elles et équilibrent les passages plus heurtés du piano. Lorsque le trio s’anime , les trois instruments évoluent de manière égale et développent des phrases plus longues, l’espace de la forêt aussi semble s’élargir.
    L’appel de la forêt , mouvement plus doux (dolce) que le premier mouvement, génère pourtant une certaine tension intérieure. Cette pièce semble concilier deux mondes opposés : le premier appartient à l’imaginaire la forêt rêvée) et le second au réel, au concret ( la forêt arpentée, vécue) D’où ce caractère musical oscillant entre le scherzo et l’andante lyrico.
    L’expressivité et la grande variété du rendu instrumental, très soigné, est particulièrement appréciable (sons plaintifs, narquois, lyriques, attaques forté, appogiatures ).
    Le piano a plus le rôle conciliateur reliant les deux autres protagonistes cello / violon, en évoluant souvent par plages d’accords ou passages arpégés.

    Emilie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *