Les coulisses de l’Opéra Bastille : Epoustouflant !

Arthur nous livre son compte rendu. Merci à lui!

Une visite dans les coulisses de l’Opéra Bastille, bigrement intéressante, et assez sidérante. Visite pendant laquelle j’ai pu évoluer au sein des très beaux décors de André Chénier (cf billet de Rinaldi)

Ce matin, j’ai pris une décision drastique ; j’ai décidé d’améliorer ma culture musicale mais sans aller à  la Cité de la Musique. Diantre. Nous voici donc à  l’opéra Bastille ce matin de bonne heure, avec Corinne (mon épouse) et le superbe soleil dont vous avez sans doute bénéficié vous aussi ce samedi matin 😉 Il s’agissait d’une visite guidée « dans les coulisses » du jeune-mais-néanmoins-vénérable bâtiment, avec un guide et tout et tout. C’est tout simplement époustouflant : J’ai toujours pensé en passant devant l’édifice qu’il n’était pas très beau de l’extérieur, tout en m’interrogeant inconsciemment sur sa forme bizarre (tout en longueur le long de la rue de Lyon). Maintenant je comprends ! La salle de concert de 2700 places, absolument somptueuse, ne représente que 5% du volume global de l’ensemble, qui ne se décrit qu’à  coups de superlatifs. Cet endroit est une véritable ville dans la ville :

  • une scêne principale, une arriêre-scêne et une arriêre-arriêre-scêne (toutes aussi grandes que la principale)
  • des salles de répétitions, dans la même configuration, à  l’étage inférieur
  • re-des salles de répétitions, dans la même configuration, à  l’étage inférieur-inférieur (appelé 6ême dessous)
  • Chacun de ces niveaux a 12 mêtres de plafond !
  • 80 mêtres entre le point le plus bas et le haut du toit (exactement comme à  Garnier en l’occurrence, ceux qui sont montés sur le toit de Garnier voient peut-être ce que je veux dire)
  • Possibilité de stocker les décors d’entre 4 et 6 spectacles en même temps. Le principe est de permettre de répéter un spectacle dans ses décors, tout en en jouant un autre sur scêne, mais aussi d’alterner plusieurs spectacles jour aprês jour
  • Chariots de transport des décors sur rails, avec des dizaines de moteurs assistés par électronique, et des plates-formes pivotantes, pour déplacer d’énormes plateaux avec les décors dessus. Ca m’a carrément rappelé les méthodes de transport de la fusée Ariane que j’avais vues à  Kourou.
  • Ascenseurs de 400 m2 pour monter les décors d’un étage à  l’autre (pour rappel, ça fait 20 mêtres sur 20 mêtres 😉

Rideaux métalliques coulissants de 20 tonnes (30 centimêtres d’épaisseur), pour séparer toutes ces salles qui ont les dimensions de gigantesques hangars, mais sans l’odeur de poussiêre. Il s’agit à  la fois de rideaux coupe-feu (l’incendie est un des cauchemars des maîtres du lieu), mais aussi d’isolations soniques. On peut jouer du Wagner dans la salle de concert, les gens qui répêtent à  côté n’entendent rien. De même, les techniciens peuvent faire le bruit qu’ils veulent sans gêner les musiciens Et puis les parties techniques, car tous les décors, costumes et accessoires sont fabriqués sur place. Des dizaines d’artisans sont employés en ce lieu, certains compagnons du Tour de France, véritables artistes. Chaque corporation a son atelier, voire plusieurs, à  chaque fois des piêces de plusieurs centaines de mêtres-carrés, avec 8 à  12 mêtres de plafond :

  • La menuiserie, avec machines outils et autres
  • L’atelier d’assemblage des décors. Ce matin, des bouts d’une mappemonde imaginaire, qui fera au final une sphêre qui devrait tout juste tenir dans ma maison
  • L’atelier de sculpture, royaume du polystyrêne, utilisé pour maquetter les décors, puis les tailler au fil chaud à  grandeur réelle. Ensuite on en fera des moules, qui serviront à  réaliser les décors avec principalement des résines synthétiques
  • L’atelier de peinture, gigantesque, avec une magnifique verriêre exposée au Nord et un systême de rideaux pour travailler sa lumiêre. Quelques spécialistes de la peinture en grandes dimensions y travaillent (debout, avec des pinceaux à  grand manches, la toile posée par terre et les gars qui peignent avec une image A4 de l’œuvre à  la main. Des années de formation nécessaires pour acquérir cette technique)
  • L’atelier de couture. Des milliers de costumes, lavés et repassés aprês chaque représentation. Des problématiques intéressantes aussi (comment faire une tache de sang sur un costume, qui résiste aux lavages justement)
  • L’atelier d’accessoires
  • Les chaussures
  • Les plumistes. Le mot n’existe pas, je ne sais pas comment on les appelle, mais elles sont deux employées à  plein-temps et s’occupent des plumes dans les costumes et coiffures
  • Les perruquiers
  • J’en oublie c’est sûr

Rajoutez les loges, et locaux administratifs, cantine, vestiaires, le bar L’architecture intérieure rehausse très nettement d’après moi l’aspect fadasse des façades extérieures. La salle de concert est très belle, en granit gris de Bretagne (avec plusieurs types de finition) et en bois de poirier (rappel de violon), les sièges très confortables, les parties en bois laqué noir (rappel de piano), le sempiternel lustre géant remplacé par un plafond lumineux (en forme de vagues pour les réverbérations acoustiques). J’ai eu l’honneur de me promener sur la scène principale, dans le décor d’Andrea Chénier de Umberto Giordanodu. Nous avions vu le décor en entrant dans la salle au deuxième balcon (sensation de perspective vertigineuse), c’était drôle d’en voir l’envers avec les structures métalliques. Cela dit, même de prês, ce sont de vraies œuvres d’art. Une autre partie du décor, dans l’arrière-scène, représente un théâtre après un incendie. Les décorateurs ont fait le théâtre en entier, puis l’ont cassé et brûlé pour de bon !

Bon voici donc mes impressions à  chaud, jetées par écrit avant que ma mémoire ne fasse son travail habituel. Le guide était un monsieur fort sympathique, passionné et plein d’humour. Courez-y, c’est vraiment un excellent moment, et ça donne envie d’y retourner pour entendre et voir les spectacles.

Musicalement vôtre
— Arthur

P.S. On peut aller voir des spectacles à  l’opéra Bastille pour 10€ (galeries sur le côté), voire 5€ (mais là  c’est debout)

4 réflexions au sujet de « Les coulisses de l’Opéra Bastille : Epoustouflant ! »

    1. visite de la semaine dernière, époustouflant, grandiose, guide génial, une belle et interessante découverte, je conseille la visite, c’est vraiment un autre monde.
      Danielle 78

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *