Acouphènes

Je me suis renseigné sur les protections auditives, pour le compte d’un parent, excellent accordéoniste, qui souffre d’acouphènes… Voici donc quelques informations qui seront utiles à chacun.

Comme vous le savez sans doute, les acouphènes sont des bruits que l’on perçoit, qui ne correspondent pas à des bruits réels (sauf dans de très rares cas d’anomalie de l’oreille interne). Ce phénomène touche plus de 10% de la population. Il est généralement la conséquence de l’exposition à des niveaux sonores trop élevés. Diverses maladies de l’oreille, ainsi que le stress et la fatigue, peuvent aussi être un facteur aggravant, ou la cause même.
Les acouphènes s’accompagnent souvent d’hyperacousie, c’est-à-dire la sensation que des sons d’intensité moyenne sont beaucoup trop bruyants, souvent dans des environnements sonores complexes (foule).

Il n’y a pas, actuellement, de traitement médical efficace des acouphènes ; toutefois certains traitements permettent de mieux les tolérer. Il est donc primordial de se protéger correctement avant que le mal soit fait.

Il existe plusieurs types de protections auditives :
– les bouchons d’oreille, que l’on détaille plus bas ;
– les casques, utilisés en particulier par les travailleurs exposés à des niveaux sonores trop importants (chantiers BTP, aéroports) ; ces casques ont généralement une atténuation qui dépend fortement de la fréquence : ils déforment les timbres ;
– les paravents et autres obstacles fixes, qu’utilisent certains orchestres pour isoler les musiciens de leurs voisins bruyants ; par exemple, lors des concerts de l’orchestre de Paris salle Pleyel, les musiciens situés juste devant les cuivres en sont protégés par des paravents incurvés, accrochés derrière leur siège, en plastique transparent. Il est probable que ces paravents ne déforment pas beaucoup le son, et ne l’atténuent pas beaucoup non plus, puisque le musicien continue de percevoir le son réfléchi.

Les bouchons d’oreille peuvent être classés en trois catégories :

1) Les bouchons de cire (boules Quies) ou de mousse. Ces protections déforment considérablement le son car elles atténuent beaucoup plus les fréquences élevées que les fréquences graves. Elles ne sont donc pas utilisables par des musiciens, ni par des personnes qui souhaitent écouter de la musique sans danger (concert de rock, boîte de nuit). Pourtant on ne trouve rien de mieux en pharmacie.

2) Les bouchons pour musiciens, que l’on trouve dans les boutiques de musique, qu’elles soient réelles ou sur Internet. Ces bouchons coûtent de 15 à 20 € la paire ; ils ont une atténation qui dépend certes de la fréquence mais dans des limites acceptables (typiquement pas plus de 10 dB entre l’atténuation la plus faible et la plus forte, sur l’étendue du spectre audible). Ils sont calibrés pour une atténuation moyenne de 20 dB, ce qui permet de continuer à percevoir la musique même lorsqu’elle est de faible intensité – dans un concert symphonique, les passages fortissimo alternent souvent avec des passages pianissimo.

3) Les protections sur mesure. Ces dernières sont réalisées par un audio-prothésiste, qui prend une empreinte de chaque oreille, et les transmet à une entreprise qui réalise un moule. Ce moule permet ensuite de réaliser des protections parfaitement adaptées à la forme de l’oreille du patient. De plus l’atténuateur proprement dit est de meilleur qualité que celui des bouchons de type 2, offrant une atténuation presque indépendante de la fréquence. Les protections sont typiquement livrées avec 3 atténuateurs différents, par exemple 9, 15 et 25 dB, ce qui permet d’adapter l’atténuation au contexte. La première paire coûte de l’ordre de 200 €, les suivantes sont moins chères puisque le moule est conservé.

Voici à quoi ressemblent des protections du type 2 (Wikipedia) :


Lors des concerts de musique symphonique, il est courant de voir un musicien se boucher les oreilles au moment d’un roulement de grosse caisse ou d’un choeur de cuivres. Bien entendu il faut que lui-même ait les mains libres à ce moment. On voit aussi des musiciens mettre ou retirer des bouchons.
Je me souviens également d’un joueur de bombarde, qui portait des bouchons à chaque fois qu’il soufflait dans son engin diabolique.

Last but not least, si vous êtes organisateur de spectacles, responsable d’un orchestre ou d’un lieu où se produisent des orchestres, il ne vous aura pas échappé qu’il vous incombe de protéger la santé de vos employés, ou des personnes qui fréquentent vos locaux. La réglementation du travail contient des dispositions fixant les limites de l’exposition au bruit, y compris pour le monde du spectacle, même s’il y a un fossé entre la théorie et la pratique (comme souvent dans le pays latin que nous sommes). On ne peut plus mettre tous les potards à fond, et demander à la foule (comme ça se pratiquait dans les concerts rock) « Loud enough for you? ».

4 réflexions au sujet de « Acouphènes »

  1. De mon côté je porte des Pianissimo-S lorsque je vais dans des lieux à  haut niveau sonore (concerts de musique amplifiée par exemple, ou lorsque je jouais dans un groupe). C’est effectivement très bien et peu onéreux : 30 EUR la paire. Ils ressemblent à  ceux photographiés dans l’article de Jean Armand.

    Je n’en ai jamais eu besoin à  l’opéra ou à  un concert symphonique jusqu’à  présent. Tant mieux, car même si la déformation est absolument minime (c’est très bien fait) c’est tout de même encore plus plaisant que de n’avoir besoin de rien. Mais sait-on jamais, aussi je les garde toujours sur moi.

  2. cher Monsieur,
    contrairement à ce que je viens de lire :
    « Il n’y a pas, actuellement, de traitement médical efficace des acouphènes  » qui se fait sans doute l’écho du savoir de l’ORL passé par l’université, il y a des traitements, ou plus exactement des personnes qui peuvent SUPPRIMER les acouphènes.
    Mais là, je ne veux pas vous effrayer ;=) …. on sortr de la médecine occidentale (l’acupuncture pratiquée par un grand maitre est la solution. Attention à tous ces apprentis, médecins, qui ont une plaque devant chez eux, et un certificat d’acupuncteur acquis en 1 an….)
    cdlt
    th M

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *