Pavarotti, le fils du boulanger de Modène

 

Modène, il duomo (photo JLF)

(Extraits de l’article « Maintenant tu chantes devant Dieu » d’Annick Cojean, dans Le Monde daté du 11 septembre)

Panis Angelicus de Franck(Pavarotti et Sting lors d’un concert caritatif à  Modêne en 1992)

« Il est là , allongé, exposé, offert. Il est là  revêtu de son smoking des grands soirs, plastron et nœud papillon blancs, barbe et sourcils noirs de geai. Un léger sourire sur la bouche dont ne sortira plus aucun son.(…) deux voix d’homme s’élevèrent soudain pour chanter Panis Angelicus. Deux voix de ténor, profondes et denses, qui se répondaient, s’enlaçaient, se complétaient. Les yeux rivés sur le grand cercueil blanc couvert de tournesols, l’assistance tendait l’oreille, incrédule. Pavarotti chantait. Pavarotti emplissait la cathédrale. L’enregistrement datait de quelques années et n’était pas parfait, mais le ténor le chérissait entre tous : un duo avec son pêre, le boulanger à  la voix d’or, ici même, à  Modène.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *