Le boléro d’Arvieux en Queyras

Oh, magie de l’œuvre universellement connue de Monsieur Ravel… 🙂
Ecoutez ce dialogue :
Que fais-tu demain?
Demain, je vais au Boléro, à  Arvieux ! Tu y vas?

C’est ainsi que les Queyrassins s’interpellaient pour se donner rendez-vous, là -haut, dans les alpages de « Pra-Premier » en ce samedi 14 juillet 2007, la veille de l’évênement.


Avant le plus haut concert d’Europe

(En bas à  gauche, le violoncelliste, petit fils d’André Bourgues grâce auquel le concert fut organisé : merci à  lui !)

Car, en Queyras, l’évènement n’était pas le 14 juillet, mais le 15… Le concert le plus haut d’Europe!
Pensez, réunir plus de 2000 personnes dans un pays qui n’en compte guère plus de 3000 ! Et surtout en pleine montagne, à  2050 m d’altitude, dans un grand amphithéâtre naturel accessible par un sentier et une mauvaise route forestière de quelques kilomètres, dans le seul terrain plat de cette commune d’Arvieux, bien connue du Tour de France puisqu’elle compte le Col de l’Izoard dans son paysage.

« Tout a commencé par un rêve » nous dira l’organisateur, dans un brillant et émouvant discours d’ouverture, un rêve auquel les technocrates en charge du financement de la culture dans les Hautes Alpes ne croyaient pas vraiment. C’était le rêve d’un vieux Monsieur nommé André Bourgues, poète et paysan du QUEYRAS, passant par là  et s’adressant à  son petit fils, futur violoncelliste. Voici ce rêve, en forme de programme :

Nous avons rêvé des Cors des Alpes se répondant en écho, nous avons rêvé de l’Orchestre Lyrique de région Avignon Provence, dirigé par un chef prestigieux de renom international Hikotaro Yazaki, et accompagné des professeurs et élèves du Conservatoire du Grand Avignon. Nous avons rêvé d’un public nombreux, dans un prairie éclaboussée de soleil, de marmottes s’abstenant de siffler, de chamois médusés cessant un instant de brouter, d’aigles suspendant leur vol pour mieux entendre les échos des cuivres et des bois. Nous avons rêvé de Ravel et de Fauré, de boléro valsé et de pavane élégiaque…

Pensez, déplacer un orchestre symphonique entier et surtout organiser un rassemblement de plus de 2000 personnes en pleine montagne, il fallait y croire !
Ils y ont cru , et ils ont eu raison. Nous avons même vu trois aigles planer au dessus de nos têtes pendant que l’orchestre nous jouait l’Elégie pour violoncelle et orchestre de Gabriel Fauré !
Voici deux petites vidéos sans prétention de cet événement qui enchanta nos vacances cette année, en Queyras.

Bolero par gilleslf


Cors des Alpes par J-Louis Foucart

Extrait du concert « le plus haut d’Europe 15 juillet 2007 à  Arvieux en Queyras

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *