Actualités musicales

Grosse actualité pour votre serviteur, en ce retour de vacances.
J’étais hier à  la mairie du XXe pour la leçon de Jean-François Zygel consacrée à  la variation en musique. Thême intéressant que je n’ai pas vraiment traité dans mes 20 leçons d’harmonie, en cours de réfection; il me faut y remédier(*).
Et avant hier soir, c’était les 14e victoires de la musique classique, l’occasion d’une petite satisfaction d’amour propre.

Cette leçon de musique sur la variation m’a un peu déçu, je n’ai pas appris grand chose. Oh, Zygel est toujours intéressant, ne serait-ce qu’avec ses métaphores : la mélodie, visage de la musique, le corps étant l’harmonie; joli n’est-ce pas? Mais la densité habituelle n’y était pas vraiment. Et la durée non plus, une heure trente contre trois heures en moyenne il y a deux ans.
Enfin les exemples musicaux illustratifs étaient un peu convenus, pour ne pas dire bateau. Il a d’ailleurs sous-traité à  un jeune étudiant l’interprétation finale des variations de Brahms sur le 24e caprice de Paganini. Manque de temps? Il est vrai qu’il était encore à  Pleyel à  minuit la veille. Bien, três bien cette soirée à  Pleyel, enfin ce « grand concert » à  domicile à  une heure de grande écoute télévisuelle. Três rythmée, avec des musiques connues comme le concerto pour piano de Gershwin, le boléro de Ravel, la 5e danse tzigane de Bartà³k magnifiquement interprétée par Fritz Kreisler, heu non, Maxim Vangerov.
D’autres plus rares : Lettres volées d’Escaich, Faustus de Dusapin (le « grand » compositeur!), Hersant dans ses œuvres pour basson, un instrument décidément fantastique pour sa tessiture, magnifiquement servi par Pascal Gallois. Bref, il y en avait pour tous les goûts, sans oublier l’animatrice, jolie et spirituelle (je suggêre que l’on remise Frédéric Lodéon à  l’orchestre, la prochaine fois 🙂 ).
Moi qui ne suis pas un grand fana d’art lyrique (nobody is perfect), j’ai particuliêrement apprécié la prestation époustouflante de Nathalie Dessay dans le Glitter and be gay de Berstein (quelle actrice!), la Norma de June Anderson, et bien sà»r Philippe Jaroussky dans le tolomeo de Vivaldi, accompagné par les excellents musiciens de l’ensemble Matheus. A l’année prochaine? Non, je vote pour le candidat qui nous promettra des Victoires de la musique classique trimestrielles. (*) Ca y est, c’est fait (voir le chap.18, les formes de la musique, dans la Bibliothêque)

6 réflexions au sujet de « Actualités musicales »

  1. Placido Alto devient Castafiora car plus conforme à  sa personnalité. Le premier pseudo m’a été soufflé par un lutin malin…… Je te fais grà¢ce des explications….
    Bref, pour ce qui concerne Zygel dans le XXme, j’ai moins aimé que d’habitude….. En ce qui concerne son malheureux invité qui a attendu son entrée très longtemps – j’ai compris que Zygel l’avait convié car il était virtuose et que Zygel n’est pas à  proprement parlé un interprète (il a bien d’autres choses à  faire : tu l’as vu dans sa joute d’improvisation au piano avec Gonzalez ?)….. les variations interprétées étaient de l’ordre de l’acrobatie. J’ai aimé le jeu de ce jeune homme (Nima ?) et sa façon très chorégraphique et simple de se tenir sans faire de grimaces et sans nous donner à  voir que ce qu’il jouait était très difficile. Une petite portion (parce qu’il n’est pas grand) de très beau jeune homme, expressif, "habité", mais simple et joyeux. Je l’ai croisé dans la rue plus tard et lui ai crié "merci" et il m’a regardée avec ses beaux yeux noirs brillants et souriants.
    Quant à  la soirée de mercredi sur la 3…….. Bon, Marie Drucker a débité ses commentaires scolaires et sans saveur à  toute vitesse. Elle a dà» être recrutée pour empêcher Lodéon de parler. Marie était complètement décolletée en clé de sol comme en clé de fa – je me suis demandée pourquoi elle en montrait tant – peut-être parce que son discours était si plat et si récité. En tous cas, les musiciens (hommes) eux étaient pour la plupart sans cravatte ni noeud pap’ (enfin !!!!!).
    Moi j’ai adoré Natalie Dessay (je suis fan de la première heure) – elle est pour moi la plus belle voix de soprane – d’ailleurs, je ne peux m’empêcher de commencer à  pleurer quand elle chante "Hamlet est mon mari et je suis Ophélie….". Quant à  Jarousky, je suis aussi fan de la première heure. Ce n’est pas un haute contre, il est inclassable (sopraniste, je n’aime pas) – son souffle est impressionnant. Je l’ai vu plusieurs fois en concert et il me touche beaucoup – encore une voix unique avec une réelle valeur humaine (contrairement à  David Daniels qui a une voix superbe mais qui est vraiment "chiant" et exigeant). Ce jeune homme est très simple et très respectueux de ses collègues. Il faut voir sa tenue en concert quand il écoute ses partenaires chanter ou jouer. Je l’ai vu à  Gaveau dernièrement ; il était spectateur et allait saluer son agent, Philippe Maillard, avec lequel je discutais. Quel magnifique jeune homme et quel magnifique chanteur. Et puis bien sà»r il y avait Zygel – toujours brillant – toujours le mot juste, l’explication pour tout, la pédagogie faite homme, avec ce côté malicieux et joyeux qui l’accompagne toujours. Comment fait-il pour mener de front toutes ses activités et être toujours frais comme une rose ? A bientôt, Jean-Louis…… bonne nuit.

  2. >Castafiore (ex Placido A) : va voir le commentaire de Mazurka en réponse à  ton billet précédent sur une émission de Zygel, c’est ici :
    http://www.foucart.net/?2006/11/...

    NB : Philippe Jaroussky s’intitule contre ténor (pour moi c’est la même chose que haute-contre, mais je suis loin d’être un spécialiste)

  3. Ca y est, Jean-Louis, je viens enfin de répondre à  Mazurka.
    Quant à  Philippe Jaroussky, il faut bien le faire entrer dans une catégorie alors on dit "contre ténor" – mais pour moi il est inclassable car sa voix est bien plus aiguà« que celle d’un contre-ténor – il peut chanter le même répertoire que Cécilia Bartoli que je n’aime pas du tout (elle me fait penser à  ce que disait Colette de Bach = une machine à  coudre). Mais tout cela est très subjectif et j’aime bien discuter avec mes "potes" vendeurs de la Fnac Montparnasse (bien que mon préféré soit parti à  Pleyel depuis quelques mois). Nous ne sommes pas du même avis et c’est ce qui m’intéresse ! Ce sont souvent de sacrés spécialistes. Bon, tu as compris que j’aime particulièrement la voix ! Bonne nuit et à  bientôt. Mais pourquoi fais-tu des Captchi captcha si difficiles !!!!!! Caramba ! encore raté !

  4. Bonjour à  tous

    Je viens de découvrir ce site. Je cherchais de la doc pour m’aider à  reconstituer les accords avec le chifrage (et inversement). j’ai fait ca il y a tres tres longtemps, (et j’ai oublié) et là  j’en ai subitement besoin.

    Du coup je suis tombée sur ce passage sur la soirée des victoires….

    Je suis d’accord avec ce commentaire : la présentatrice était …. nulle. Il y a avait bien son décolleté pour faire passer les commentaires… à  condition d’être un homme…. (et encore)

    J’ai aussi détesté la facon de filmer "une image par seconde". Ca m’a gaché la musique. Il y a eu quelques sequences "calmes" mais si rares….

    A part ca, c’etait une super soirée musicale. Un peu trop de "classiques" mais c’est normal. A une heure grand public il fallait faire entendre des morceaux que les gens connaissent pour leur donner l’impression de savoir quand meme des choses de "musique classique". Nathalie Dessay etait sublime. Dommage quelle ait ete desservie par la vibration d’un micro… Et ce solo de basson !!! Phénoménal !!!

    Bref, ca change de l’habitude des programmations du soir !!!!

  5. Je n’ai vu qu’une partie seulement des Victoires de la Musique Classique, et en différé encore. Il y a eu des moments sublimes et de l’excellente musique, c’est vrai. D’ailleurs, il faut lire plus haut la chronique de JLF, qui nous en rend très bien compte dans ses « actualités musicales ». Et pourtant, l’émission m’a semblée trop découpée, et de façon sèche ( Je comprends ce que veut dire AMC ). Etait-ce du au montage vidéo ? L’émission était –elle vraiment diffusée en direct ? Le public ( surtout les auditeurs du petit écran) fut littéralement assommé d’images rapides, parfois très distrait de la fonction même d’ « écouter » et donc de savourer la musique. Il y avait comme une volonté de nous servir un trop plein d’images, par-dessus la musique, nous assistions à  une sorte de « dessin animé » ou « de film d’animation » un peu forcé. Cela frisait parfois le ridicule, comme ces gros plans, ces zooms rapides sur certains musiciens, jaillissant à  temps et à  contretemps comme les personnages cachés et surgis du fond d’une toile d’Henri Rousseau. On ne devrait pas sous-estimer à  ce point les auditeurs. Non, ils ne s’ennuient pas forcément à  écouter des musiciens, non, la gesticulation immodérée des caméras n’encourage pas à  tenir forcément jusqu’au bout d’une telle émission.
    En revenir à  la simple radio ? C’est une idée, mais il y a aussi le plaisir de voir jouer les musiciens « in live » et ça c’est irremplaçable ! C’est pourquoi ne les découpons plus en rondelles !
    Quant à  Marie D. ( chantonnez SVP « Maria » sur l’air de West Side Story d’un certain Léonard B.) j’ai un avis moins sévère que vous à  son égard. Au cours de l’émission, elle était plutôt enjouée et sémillante (on osera même dire frétillante et joyeuse comme la musique de la Truite de Schubert ) et ses propos, étaient non dénués de sens, au contraire. C’est assez courageux de présenter une telle émission, sans avoir la formation très spécialisée d’un Jean-François Zygel ou d’un Frédéric Lodéon. Il semble bien que Marie D. soit mélomane en tous cas. Certes, on ne le clamera jamais assez, les décolletés paraissent toujours plus de rigueur pour les élégantes poupées « Barbie » que pour les beaux Nounours en peluche ou les Casse-noisette chevaleresques, mais cela ne concerne-t-il pas aussi les jeunes chanteuses lyriques et les solistes de tout bord, violonistes, pianistes, en général, les plus jolies, qui doivent affronter un public ? A moins que très tôt, elles se soient imposer comme de grandes dames très déterminées. « Faudrait changer tout çà , j’vous l’dit ! » et imposer à  tous et à  toutes un même costume… (de bain de foule ? ) Quant à  Lodéon et Zygel, loin de leurs "carrefour" et "cabaret", musicaux et respectifs, tous deux, aussi savants que sympathiques, c’est vrai, je suis d’accord, ils auraient du jouer et parler plus longtemps, mais cette soirée « grand public » était rythmée par un gong implacable chers amis, alors que faire ? Seul, peut-être, Jean-François Zygel dit JFZ, quoique bien compressé un peu aussi, réussit à  garder son calme légendaire, achevant allègrement ses courts commentaires et jouant au piano avec la complicité des musiciens de l’orchestreN’empêche que Frédéric Lodéon, ne cessait de parler de plus en plus vite, que les remerciements des élus allaient accelerando, Marie-Maria l’animatrice en chef, en vint à  changer la tonalité et l’autorité de sa voix, l’accentuant et l’accroissant à  la mesure de la salle, bousculant même un peu sans crier gare, la vitesse de tempo de la Déesse Eve R. apparue sur scène un trop court instant pour annoncer une nouvelle victoire. Captivantes, elles le furent assurément, ces Victoires de la Musique Classique 2007 présentées Salle Pleyel ! Mais le déroulement véloce de ce film surprenant pourrait bien nous inciter à  le se situer entre deux autres chefs d’œuvres cinématographiques : « la Mort aux trousses » et« A bout de souffle ».
    Mazurka.

  6. Quelle chute ! Bravo encore Mazurka pour ce billet.
    Je pense que le réalisateur télé s’était shooté avant de prendre les commandes dans la cabine video, et le rythme d’une image par seconde était effectivement difficilement supportable. Manque de professionnalisme?
    En tout cas, c’est au producteur, Nagy qu’il faut imputer le rythme rapide de la soirée, il voulait éviter les sempiternels remerciements style Cesars cinématographiques, et préférait privilégier le coté "grand concert à  la télé". Pour ma part, je lui sais gré de cette innovation.
    Quand à  Marie Drucker, elle malmenait parfois ce brave Lodéon, mais c’était drôle, et de toute façon il est meilleur comme chef d’orchestre que comme l’animateur habituellement chargé de faire du remplissage entre deux enchainements…
    J’ai trouvé l’animatrice très bien, sympa, enjouée, et directive quand il fallait l’être, bref une bonne animatrice : rien à  dire, même sur son décolleté 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *