L’internet, drôle de monde, quand même!

Ah, ma pov’ dame, je vous le fais pas dire!
Tenez, ce matin, j’étais bien en train de relire et corriger mes vingt leçons d’harmonie pour la prochaine version, travail ingrat et passionnant à  la fois (Combien de choses oubliées! Et combien apprises depuis! Mais passons, ce n’est pas le sujet).
Donc j’étais là  bien tranquille quand arrivent coup sur coup trois mails.
Heureusement qu’il y avait le troisiême pour rattraper les deux premiers! 🙂

Le premier émane d’un nouvel adhérent, drôle d’oiseau d’une espêcevolante: ils planent, piquent, saisissent leur proie et repartent piquer ailleurs. Pour les éloigner, j’ai installé un épouvantail, quelques conditions au téléchargement des 20 leçons d’harmonie, l’histoire de leur faire comprendre que notre temps est aussi précieux que le leur, que nous autres, terriens les préférons la-haut, dans leurs nuages s’ils n’ont rien à  partager ici-bas avec nous Mais celui-là , il n’a pas compris le message. Passons. Le deuxiême mail émane d’une autre sorte de volatile, le coucou: il pond ses oeufs dans le nid des autres, et puis il s’en va vivre sa vie ailleurs. M’a déjà  fait le coup une fois: il avait déposé un morceau dans un espace membres, sans aucune explication. Manifestement il se contrefoutait de la suite, y compris du fait qu’on pouvait trouver bonne sa musique! 😉 Il a presque fallu le supplier pour qu’il se présente et présente son morceau! Alors là , il fait encore mieux:

bonjour, bien que m’étant fit três discret sur le site ces derniers mois, j’aurais souhaité proposer ma derniêre composition (cf piêce jointe). Mais je suis tellement nul que je n’est pas réussis à  les uploader sur un espace membres. Pouvez vous m’aider ?

Ben oui! Encore qu’il ne faudrait pas abuser des mauvaises habitudes, prendre notre Salon de musique pour une organisation humanitaire ! :-/ Heureusement, il y avait le troisiême mail. Il émane d’Alex, notre compêre. Heureux jeune Papa d’un garçon dénommé Arthur, il m’envoie la symphonie qu’il a composé à  l’occasion de cette naissance. Attendrissante, cette symphonie! Mais Chuuuut, ça fera l’objet d’un billet spécial. Tiens, voilà  le facteur! Il m’apporte enfin la partition du 8e quatuor à  cordes opus 110 de Chostakovitch, commandée sur internet il y a TROIS semaines!
Vive internet!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *