Qu’est ce qu’une « touche » en orchestration?

C’est cette fois à la 2e question de notre Quiz harmonie N°4 que nous apportons des éléments de réponse.Parlons d’abord des accents: ce sont des évènements du discours musical sur lesquels le compositeur souhaite attirer l’attention de l’auditeur.
On distingue classiquement les accents de pulsation, les accents rythmiques, les accents d’amplification, les accents de phrasé. Ce sont des éléments de l’écriture musicale non nécessairement orchestrès (ils peuvent exister dans une partition de piano, par exemple).


Dans sa leçon de musique « touches et accents » sur France Musique, J.F Zygel va chercher des exemples de l’accentuation de la phrase musicale chez :

  • Ravel dans le prélude à la nuit ( 1er mouvement de la rapsodie espagnole) où l’accent sur la note brève est confié aux harpes,
  • Prokofiev dans Roméo et Juliette, ou l’accent cette fois est joué par le piano.
  • Il cite également Stravinsky comme le « plus grand compositeur des accents » avec des exemple pris notamment dans sa symphonie de psaumes, dans le Sacre et dans l’Oiseau de feu.

Il note que l’accent, par définition ne comporte pas beaucoup de « variété de touche » (ou de « toucher ») et c’est par cette remarque que l’on peut aborder la définition de la touche, dont il dit lui-même que c’est un terme peu utilisé par les spécialistes.

La touche réfère à la peinture, c’est la petite tache de lumière que met le glockenspiel (jeux de timbre) dans « jeux de vague  » de Debussy (1er mouvement de « la Mer »)

C’est la notation de pointe sèche du triangle (dans le « Nocturne » de Grieg interprété par Eugen Ormandi) qui ponctue le changement harmonique dans cette phrase:

(On remarquera ici que le triangle joue toutes les deux mesures, ce qui est un peu en contradiction avec la définition précédente qui voudrait que la touche ne soit pas un élément récurrent. Mais l’orchestration n’est pas une science exacte. Et puis, il existe bien le pointillisme en peinture!)

La touche peut être évidemment la harpe ou bien la touche du piano qui émet une note par essence brève (le piano d’orchestre étant un instrument essentiellement percussif).
En bref, la touche est un motif de quelques notes qui vient en appui, qui renforce, qui éclaire, qui nimbe d’une résonance éphémère le discours musical.
La touche, c’est la crête de la vague!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *