Pas raciste, l’intelligence artificielle?

Les techniques d’intelligence artificielle sont de nos jours utilisées partout dans le numérique, réseaux sociaux (facebook et consorts) , automobiles, compteurs électriques, etc.

Le Monde publie aujourd’hui un article très intéressant qui met en évidence le fait que ces techniques sont loin d’être neutres, contrairement à ce que l’on pourrait croire a priori : elles reflètent peu ou prou les opinions   mais aussi les non-dits de nos sociétés, tels qu’ils s’expriment à travers les bases de données utilisées. Et la constitution ou le choix de ces bases de données n’est jamais neutre, il résulte de déclarations, de décisions humaines. La machine, toujours, reste manipulée par l’homme.

A lire ICI

Olivier Greif et son 4e quatuor « Ulysses »

"Je veux que ma musique surprenne, perturbe, émeuve l’auditeur. Le pire compliment qu’on puisse me faire est de la trouver « jolie »."
 Olivier Greif
"Il est allé très loin dans le beau et dans le laid. Et il en était très fier!"
 Patrick Langot,
Violoncelieste du quatuor Syntonia et créateur du 4e quatuor "Ulysses" d'Olivier Greif.

___________Biographie________________ Site  d’Olivier Greif_______________

J’ai découvert une première fois la musique d’Olivier Greif (1950-2000) avec la Sonate de Requiem, une œuvre aigüe, particulièrement poignante lors d’un concert au Châtelet avec Henri Demarquette.
Un récent concert donné par l’association  Les Musicales Guil Durance m’a permis d’approfondir la connaissance de cette musique singulière. Cette fois c’est l’Ensemble Syntonia, qui nous  interprétait brillamment ULYSSES. Continuer la lecture de Olivier Greif et son 4e quatuor « Ulysses » 

La boite à musique du 29/07/2016

Extrait du papier de François Ekchajzer, critique à Télérama :

« …alors bien sur, Zygel n’est ni un manchot ni un inculte, et l’émission recèle quelques explications intéressantes et quelques beaux moments, comme par exemple lorsque joue le cornettiste Médéric Collignon. Mais pourquoi tant de conformisme? »

Et voilà ! Les seuls  mots positifs d’une critique qui n’a qu’un but : dézinguer une émission   de Zygel particulièrement réussie, tant dans l’animation – qui n’avait rien de conformiste-  que dans les interventions  des différents protagonistes – qui n’avaient rien de convenues. Il est vrai que je ne regarde pas Pascal Sevran ni La Chance aux chansons, des émissions que Zygel s’efforcerait de challenger, d’après François Exagère Ekchajzer, qui n’a vu que la surface des choses dans cette émission réalisée pour les vrais mélomanes avides de découvertes musicales, justement.

La meilleure preuve en est la critique de Renaud Machart : Continuer la lecture de La boite à musique du 29/07/2016 

De la guerre islamique

Enfin une analyse  subtile – et lucide, même si elle est peut-être  un peu trop exclusivement « psychologisante »- de la situation créée en France par le terrorisme islamique.
[Tribune de Yann Moix publiée dans La Matinale du Monde le 3 aout 2016}

On note, dans les journaux, une débauche d’analyses sur les attentats terroristes. C’est légitime : chacun veut livrer non pas sa version mais son point de vue sur les causes, les effets, les raisons, les conséquences de ce qui se passe en France.

Personne n’a raison ; personne n’a tort. Il s’agit, avant tout, de donner forme à « quelque chose » qui n’en a pas vraiment. Ce pays de culture, cette nation d’intellectuels (c’est touchant, c’est honorable, c’est ce qui fait la beauté de la France), tente, désespérément, à chaque fois qu’un attentat a lieu sur son territoire, de venir greffer sa part de clairvoyance, de connaissance, d’intelligence sur le chaos.

On ne sait plus qui croire, qui lire, tant l’offre abonde : sociologues, historiens, théologiens, philosophes, écrivains se succèdent, s’empilent parfois, pour tenter de défricher l’indéfrichable.
Ecart vertigineux

Car ce qui frappe, d’abord, quand on lit la presse de ces derniers jours, c’est l’écart vertigineux entre la qualité des auteurs et la médiocrité des acteurs ; entre l’intelligence des articles et la bêtise crasse des actes ; entre la profondeur des éditorialistes et l’indigence des terroristes. Continuer la lecture de De la guerre islamique 

Rocard, BHL et le Brexit

Michel Rocard souhaitait que les Anglais qui n’ont jamais voulu d’une Europe politique votent le Brexit, pour qu’on soit enfin débarrassés de ces lobbys  britanniques que seul le marché unique intéressait pour le développement de leur commerce, et qui l’ ont poussé toujours plus loin en quarante ans. Ses vœux sont exhaussés.

Un Brexit qui provoque par ailleurs une saine  colère de BHL. J’aime  son coup de gueule dans Le Monde d’aujourd’hui. Lire ci-après : Continuer la lecture de Rocard, BHL et le Brexit 

Villa Amalia de Pascal Quignard

Entre deux attentas, entre deux manifestations avec casseurs à la clé, ente deux averses, j’ai lu ce livre de Pascal Quignard, auteur que je connaissais de réputation mais dont  je n’avais encore rien lu. Manifestement ce n’est pas le bouquin  qu’il faut lire pour vous remonter le moral.

Une histoire un peu glauque, dépressive, où les femmes sont belles, sensibles, déterminées, pleines d’énergie pour survivre contre vents, marées bretonnes et tous les malheurs du monde provoqués par les hommes, des hommes fourbes, pleutres, cyniques, des êtres faibles qui sont à plaindre ou bêtes à  pleurer, toutes choses qui font un univers romanesque singulier mais guère enchanteur, on en conviendra.

Et pourtant, Continuer la lecture de Villa Amalia de Pascal Quignard 

Cosma, Echenoz

W. Cosma
J’ai entendu ce matin une interview de Wladimir Cosma, le célèbre compositeur de films. Quelques réflexions du bonhomme m’ont laissé assez perplexe :

  • Pour accompagner musicalement une commémoration comme celle de la bataille de Verdun hier, Le rappeur Black M n’était pas l’homme idoine, (sous entendu: ce n’est pas un musicien), il  fallait programmer une musique à thème, de circonstance par exemple  le requiem de Fauré.
  • Un vrai musicien, c’est quelqu’un qui vit de sa musique. Je n’ai jamais entendu de bonne musique venant d’un  musicien amateur. (!)
  • Il est complètement faux de dire que Chostakovitch était anticommuniste. Il était dans le système, fêté comme un grand compositeur par le régime. Moi aussi en Roumanie, j’étais dans le système, je n’ai jamais fait de politique, ni là-bas, ni ici en France. Je ne suis pas un militant, je suis un musicien.
  • La musique est un langage universel, donc je suis européen.

Jean Echenoz
J’avais bien aimé le RAVEL d’ Echenoz. Aussi, ayant son dernier bouquin, Envoyée spéciale  entre les mains ai-je saisis l’occasion de me « faire cette envoyée spéciale » ! A noter que cette expréssion volontairement équivoque pourrait très bien figurer dans ce  bouquin dont  le vocabulaire, la phraséologie, le « parler » populaire des personnages, et surtout la façon  ironique dont l’auteur s’implique dans son récit, tout ceci participe au style inimitable  de l’auteur, c’est sa marque de fabrique de grand écrivain. C’est aussi ce qui rend sa lecture aussi plaisante.

Sur le fond, si je dis qu’il s’agit d’un petit polar burlesque dont l’histoire complètement déjantée se termine comme elle a commencé –  dernier clin d’œil de l’auteur – j’aurai tout dit.