Comment trousser la chanson pour en faire un tube

A tous ces innocents qui composent des chansons pour devenir un jour riches et célêbres, Jean-François Zygel dans sa derniêre leçon de musique livre ici, par mon entremise (un tantinet simplificatrice, je le concêde) quelques recettes qui devraient constituer autant de clés du succês. 😉

Pour devenir immortelle, une chanson doit bien conjuguer ses quatre éléments: la mélodie, les paroles, un thême dans l’air du temps (c’est son aspect « social » qui fait qu’une chanson c’est autre chose que de la bonne musique) etun bon interprête! Et tout d’abord, foin d’ une idée reçue, il n’est pas nécessaire de composer les paroles d’abord et de les mettre en musique ensuite. Les exemples sont innombrables de chansons qui ont percées, depuis les chansons anciennes sur l’air de, (on disait « sur le timbre ») qui nous sont transmises depuis le 16e siêcle jusqu’à  celles d’un Norbert Glanzberg, bien obligé de composer sans les paroles puisqu’il ne parlait même pas le français quand il composa Padam, Padam, chanté par Edith Piaf.


Le secret ici? La mélodie. Pour qu’elle se retienne facilement, rien de tel que de jouer la simplicité en utilisant la symétrie et/ou la répétition de motifs mélodique ou rythmique dans le thême, par exemple quatre rondes suivies de quatre croches brêves, ou notes disposées par groupes (par exemple quatre plus trois, ou successions de notes égales, huit noires, etc), ces notes étant conjointes ou au contraire piquées (mais là , on rejoint l’interprétation). Et surtout garder une téssiture « humaine », ne jamais aller chercher les notes dans les aigues car les paroles seraient incompréhensibles (cf. les opéras!). Le rythme contribue également à  la qualité de la mélodie. Sur un rythme de danse connue, la mélodie se retient mieux: le branle au 16e siêcle (deux pas à  droite, deux pas à  gauche!), la valse depuis Mozart (encore lui!) avec ses déclinaisons viennoises ( 2e temps anticipé), berlinoise (rythme três carré d’un Kurt Weill), musette, tango des familles, etc. Les paroles ensuite. Qu’elle soient homophoniques ou en imitation (dans le cas de chorales), elles doivent rester compréhensibles et pour cela, trois rêgles doivent être respectées: (1) éviter les aigus, nous l’avons dit, (2) être syllabique, (3) respecter un débit récitatif imitant le langage parlé (cf. Arletty chantant « Mon homme »). Pour que votre chanson rencontre le succês, il lui faut un thême dans l’air du temps, l’amour étant bien sà»r un thême éternel et donc réputé inusable. Enfin l’interprête: l’un fait le succês de l’autre. Evidemment quand la chanson est nouvelle, mieux vaut un interprête connu

2 réflexions au sujet de « Comment trousser la chanson pour en faire un tube »

Les commentaires sont fermés.