Archives du mot-clé Ravel

Ravel, droits d’auteur, Boléro…

France Musique aujourd’hui nous passe en boucle le Boléro car il devient (enfin, c’est à confirmer !) libre de droit. Un peu « ras la casquette » de ce Boléro, non?

Non, car il est pour moi synonyme d’un évènement datant du 15 juillet 2007, un concert mémorable, un excellent souvenir, le concert donné à 2000 m d’altitude à Arvieux en Queyras.
Ce concert a fait l’objet d’un billet qu’on peut relire ICI.
Le Boléro, c’est aussi une excellente émission à la télé qui en dévoilait la genèse, pleine de péripéties, autre billet ICI.

Allez, je n’y résiste pas, revoici la petite video de ce « Concert des cimes » prise au téléphone.

Ravel, Beffa, Mozart et Stravinski à Pleyel

Karol Beffa
Karol Beffa

L’Orchestre de Paris nous proposait hier soir un programme éclectique, sous la baguette de son chef Paavo Järvi avec le concours du pianiste suisse Andreas Haefliger.
Au programme, donc, Le Tombeau de Couperin en version orchestre de Maurice Ravel, le Concerto N°24 de Mozart, et une création mondiale, La Vie antérieure pour piano et orchestre de Karol Beffa. Après l’entracte, Le sacre du Printemps de Stravinski.
A noter que ces deux dernières pièces étaient les vraies vedettes de ce concert, bien que la pièce de Ravel soit toujours aussi plaisante à écouter. Quant au concerto de Mozart, il était déjà au catalogue du pianiste et permettait de compléter le programme et de l’équilibrer pour faire plaisir aux vieilles dames du premier rang… Je n’en dirai rien – d’ailleurs je me suis assoupi deux fois pendant ces trente minutes de musique Mozartienne (*)…
J’ai beaucoup aimé le velours des violons du Prélude du Tombeau. L’orchestre s’est montré à son meilleur dans cette pièce de Ravel que j’adore, surtout dans les mouvements lents et mélancoliques.
La pièce de Karol Beffa a été pour moi une révélation. Continuer la lecture de Ravel, Beffa, Mozart et Stravinski à Pleyel 

Jean-Baptiste Milon, pianiste

Il était là, jeune homme souriant de 23 ans, plein d’une gentillesse volubile et d’un entrain communicatif, bavardant avec le compositeur Jean-Louis Peru dans le hall d’entrée de la Cité Internationale des Arts de Paris. Ils attendaient l’arrivée de la flûtiste avec laquelle Jean-Baptiste devait répéter une dernière fois la pièce de Jean-Louis Peru, trois quarts d’heure  avant le concert qui avait lieu dans l’auditorium, en sous-sol.

C’est ainsi que je fis connaissance de Jean-Baptiste Milon. Il nous invita à venir prendre un café en attendant dans son studio situé dans l’immeuble, trois étages au dessus, un studio réservé aux élèves du CNSM[1], avec une grande baie vitrée s’ouvrant plein sud sur les toits de Paris; un piano Yamaha quart de queue dans un coin – « le loyer comprend la piano avec quatre accords par an » -, des doubles portes pour ne pas se gêner entre pianistes locataires de la Cité des Arts.

Je lui dis incidemment que ma pièce pour piano ne serait finalement pas au programme du concert, ce soir, le pianiste ayant déclaré forfait deux jours avant.

-Ah bon? Dommage ! Je peux peut-être essayer. Vous avez la partition? Continuer la lecture de Jean-Baptiste Milon, pianiste 

Dusapin, Dutilleux, Ravel avec le Philharmonique de Radio France

Il y avait du monde hier soir, Salle Pleyel. Le serveur du restaurant nous avait prévenu, juste avant le concert: « Oui, ce soir, on attend du monde ici, car il parait que c’est complet là-bas, pas comme la semaine dernière où la programmation était pourrie ».Effectivement, il y avait du monde, et du beau monde pour ce concert retransmis en direct sur France Musique et que l’on peut écouter encore.
J’arrive en avance, mais Henri Dutilleux est déjà là , deux rangs devant nous, bien calé au fond de son fauteuil, la béquille à ses pieds. Le grand homme (« mon Cher Maitre » dira Pierre Berger venu le saluer) parait bien fatigué, davantage que précédemment.

Henri Dutilleux le 10/12/2010
Henri Dutilleux à Pleyel le 10/12/2010.
Continuer la lecture de Dusapin, Dutilleux, Ravel avec le Philharmonique de Radio France 

La passion Boléro, Maurice Ravel

Je croyais « tout savoir » :-) du Boléro de Ravel, après le récent concert le plus haut du siècle, après avoir visionné le DVD de Zygel ( Les clefs de l’orchestre 02, excellent !), après la lecture du Ravel de Jean Echenoz, après le film de Lelouch, après, après… Mais l’émission La passion Boléro sur Arte, hier soir, documentaire de Michel Follin (*) s’est révélée passionnante et très instructive, à travers les divers éclairages qui nous étaient donnés d’un sujet pourtant rebattu.
Gilles Macassar, dans Télérama rapporte cette réaction pince-sans-rire de Ravel : A propos d’une auditrice qui s’était écrié « Au fou », Ravel avait opiné en disant : celle-là, elle a tout compris !
Continuer la lecture de La passion Boléro, Maurice Ravel 

Le boléro d’Arvieux en Queyras

Oh, magie de l’œuvre universellement connue de Monsieur Ravel… 🙂
Ecoutez ce dialogue :
Que fais-tu demain?
Demain, je vais au Boléro, à  Arvieux ! Tu y vas?

C’est ainsi que les Queyrassins s’interpellaient pour se donner rendez-vous, là -haut, dans les alpages de « Pra-Premier » en ce samedi 14 juillet 2007, la veille de l’évênement.


Avant le plus haut concert d’Europe

(En bas à  gauche, le violoncelliste, petit fils d’André Bourgues grâce auquel le concert fut organisé : merci à  lui !)

Car, en Queyras, l’évènement n’était pas le 14 juillet, mais le 15… Le concert le plus haut d’Europe!
Pensez, réunir plus de 2000 personnes dans un pays qui n’en compte guère plus de 3000 ! Et surtout en pleine montagne, à  2050 m d’altitude, dans un grand amphithéâtre naturel accessible par un sentier et une mauvaise route forestière de quelques kilomètres, dans le seul terrain plat de cette commune d’Arvieux, bien connue du Tour de France puisqu’elle compte le Col de l’Izoard dans son paysage.

« Tout a commencé par un rêve » nous dira l’organisateur, dans un brillant et émouvant discours d’ouverture, un rêve auquel les technocrates en charge du financement de la culture dans les Hautes Alpes ne croyaient pas vraiment. C’était le rêve d’un vieux Monsieur nommé André Bourgues, poète et paysan du QUEYRAS, passant par là  et s’adressant à  son petit fils, futur violoncelliste. Voici ce rêve, en forme de programme :

Nous avons rêvé des Cors des Alpes se répondant en écho, nous avons rêvé de l’Orchestre Lyrique de région Avignon Provence, dirigé par un chef prestigieux de renom international Hikotaro Yazaki, et accompagné des professeurs et élèves du Conservatoire du Grand Avignon. Nous avons rêvé d’un public nombreux, dans un prairie éclaboussée de soleil, de marmottes s’abstenant de siffler, de chamois médusés cessant un instant de brouter, d’aigles suspendant leur vol pour mieux entendre les échos des cuivres et des bois. Nous avons rêvé de Ravel et de Fauré, de boléro valsé et de pavane élégiaque…

Pensez, déplacer un orchestre symphonique entier et surtout organiser un rassemblement de plus de 2000 personnes en pleine montagne, il fallait y croire !
Ils y ont cru , et ils ont eu raison. Nous avons même vu trois aigles planer au dessus de nos têtes pendant que l’orchestre nous jouait l’Elégie pour violoncelle et orchestre de Gabriel Fauré !
Voici deux petites vidéos sans prétention de cet événement qui enchanta nos vacances cette année, en Queyras.

Bolero par gilleslf


Cors des Alpes par J-Louis Foucart

Extrait du concert « le plus haut d’Europe 15 juillet 2007 à  Arvieux en Queyras