Archives du mot-clé Ligeti

Piano mécanique

Vendredi 3 octobre, je retournais à la Cité de la musique pour un concert de l’ensemble Ictus, toujours sur le thème « Le fil du temps ». Le programme était le suivant :

György Ligeti Poème symphonique pour cent métronomes
Philippe Leroux De la texture
Steve Reich Drumming, premier mouvement
Paul Usher Nancarrow Concerto
György Ligeti Kammerkonzert
Continuer la lecture de Piano mécanique 

Quand György Ligeti défie le temps

«Ma musique n’est pas littéraire ou illustrative, mais elle est pleine de sensations. J’aime les allusions, les double sens, les polyvalences de signification, les double-fonds les arrière-pensées »* Il est parfois des œuvres si inattendues et si mystérieuses qu’on ne sait de quelle manière les considérer. Faudrait-il approcher celle-ci comme un spécimen d’un art conceptuel ? un dangereux exercice de style ? ou une sculpture savante et sonore ?
Toujours est-il que cette œuvre étonnante de György Ligeti (1923-2006) se veut avant tout poème et qui plus est poème symphonique pour 100 interprètes : Continuer la lecture de Quand György Ligeti défie le temps 

Ligeti sur Arte

Beau film sur Ligeti, hier soir sur Arte. L’homme se présente avec pudeur et gentillesse et beaucoup d’urbanité, « bien que je sois terriblement agressif, au fond de moi » nous dit-il.
La raison? Les terribles évênements personnels qu’il a vécu.
Le nazisme d’abord, en 1944-45 à  Bucarest, la déportation et la mort à  Matahausen de son pêre et de son frêre (sa mêre reviendra, miraculée); les « terroristes » communistes ensuite, qu’il subit à  Budapest où¹ il est allé étudié à  l’Académie Franz-Liszt, une école de rigueur, avec l’espoir (forcément contrarié!) de rencontrer son Dieu, Bartok. « Trouver un chemin qui venait de Bartà³k et conduisait vers »… Vers il ne sait pas quoi, et il ne le saura jamais car c’est la quête qui l’intéresse finalement plus que le systême de composition. Je ne sais jamais où¹ je vais quand je commence une nouvelle œuvre nous dit-il.
Continuer la lecture de Ligeti sur Arte 

Point d’orgue pour Ligeti

Et voilà ! On s’absente quelques jours, et il en profite pour nous quitter, pour partir sans billet de retour. Bien sûr il nous reste sa musique, une musique polyrythmique à la fois tragique et exubérante, imprévisible et minimaliste, avec cette manière bien personnelle d’assembler les sons, de jouer des harmoniques… Allez, pour ceux qui ne connaitraient pas ce grand compositeur contemporain, faisons exception à la règle que nous impose la SACEM. Voici deux extraits de sa musique (Disques Deutsche Gramophon) : (…)
Continuer la lecture de Point d’orgue pour Ligeti