Archives du mot-clé Italie

Mon voyage à Trieste

Et voici l’entièreté de mon reportage en photos, animées et commentées de mon voyage en Italie, depuis Bergame jusqu’à Trieste, puis retour par le Lac de Garde et une étape culturelle à Aoste, le tout en trois vidéos sur Youtube.
A vous !

– Première partie : de Bergame à Aquilée 17 mn

– Deuxième partie : d’Aquilée à Trieste 15 mn

– Troisième partie : Trieste et les alentours, retour et visite d’ Aoste historique. 19 mn

Caruso par Lucio Dalla

Fichier:Carusophonograph.jpg

J’ai vu aujourd’hui  sur Arte (en « replay ») une émission qui retrace l’histoire de la chanson italienne, depuis ses origines au début du XXe siècle, avec les airs d’opéras devenus populaires et le célèbre ténor, Caruso,  natif de Naples et qui donna ses lettres de noblesse à la chanson napolitaine et au « bel canto », jusqu’à nos jours avec Lucio Dalla, mort en mars dernier et Paolo Conte, le chanteur italien le plus connu en France  – beaucoup moins en Italie, apparemment.
Comme tout le monde, j’ai beaucoup entendu cette musique populaire italienne dans les années 60s et 70s, avant qu’elle ne devienne aujourd’hui cette « pop music », soupe ou sirop vaguement jazzée à l’américaine. A l’époque, je n’appréciais pas outre mesure ces mélodies très linéaires, souvent chantées d’une manière emphatique, voire théâtrale – même si j’étais sensible à la manière  dont une  Dalida  interprétait son « Bambino ». :-).

Lucio Dalla, c’est un autre phénomène. J’ai connu ce célèbre chanteur dans sa ville de Bologne,   il y a quelques années, tout à fait par hasard. Continuer la lecture de Caruso par Lucio Dalla 

Gênes, ville d’art

Gênes est une ville peu connue des amoureux de l’Italie. Ils s’en font l’image d’un grand port, comme Marseille. La circulation automobile y est au moins aussi difficile, mais heureusement pour le touriste, les services de transports urbain (bus et métro assurés par la RATP !), et le chemin de fer côtier fonctionnent bien – avec, comme partout en Italie un scooter omniprésent.
Grand port, deuxième de la Méditerranée après Marseille, justement, Gênes est aussi une aussi ville d’art extraordinaire qui vaut le détour, tout autant que Turin ou Milan, par exemple. Ce fut en effet pendant 8 siècles la capitale de la République de Gênes, grande concurrente de la République de Venise. Continuer la lecture de Gênes, ville d’art 

En direct de Mantoue, un Rigoletto éblouissant sur France3

Rigoletto est un opéra célèbre composé en quarante jours par un Verdi en grande forme, l’œuvre qui le consacre définitivement, après « Nabucco » comme Le grand compositeur d’opéra de son époque.
Avec un sujet emprunté à la pièce de Victor Hugo « Le Roi s’amuse » qui repose sur les escapades amoureuses du Duc de Mantoue et sur la complicité – qui devient haine – de son bouffon Rigoletto, c’est un drame romantique plein de fougue et de rebondissements.
Il offre à ses interprètes des musiques merveilleusement adaptées aux caractères bien trempés des personnages et Placido Domingo en fit une démonstration éblouissante, hier soir, dans le rôle de Rigoletto, ainsi que son élève, Julia Novikova, une jeune soprano russe toute en blondeur qui faisait ses premiers pas dans le rôle de Gilda, la fille de Rigoletto.
Quels talents ! Continuer la lecture de En direct de Mantoue, un Rigoletto éblouissant sur France3 

Musiques pour Sainte Cécile

Ste Cécile n’est pas seulement la patronne des chasseurs, c’est aussi -c’est surtout !-

la patronne des musiciens, comme le montre l’affiche ci-dessus, (mal) photographiée par mes soins dans la chapelle Ste Cécile à  Bologne. Ce soir était consacré justement à  Ste Cécile, avec encore une excellent concert sur ARTE, magnifiquement mis en boite par le réalisateur Philippe Béziat. De bons DVD en perspective…
Continuer la lecture de Musiques pour Sainte Cécile 

CANTATES ITALIENNES XVII et XVIIIèmes siècles

(C’est Castafiora, rédactrice invitée qui signe cette chronique du concert produit par Philippe Maillard donné salle Gaveau le 20 avril 2007 par Sandrine PIAU, soprano, Sara MINGARDO, alto, avec Luca Peverini, Violoncelle, Ugo di Giovanni, théorbe, sous la direction du claveciniste Rinaldi ALESSANDRINI, dans des œuvres de d’Alessandro Scarlatti, Giovanni Salvatore, Nicola Porpora, Antonio Vivaldi et Georg Friedrich Haendel)

Sara Mingardo
Sandrine Piau
Rinaldi ALESSANDRINI

 

 

 

 

 

Le concert commence avec une cantate de Scarlatti : « Ce séjour paisible et ombreux », où il est question de brise légère, de rossignol et de repos. Nous nous croyons dans la paix et la sérénité d’un paysage idyllique mais les tourments de l’amour vont venir troubler la quiétude, et les chanteuZoiselles vont se changer en tragédiennes tourmentées, désireuses de s’endormir pour toujours car qui peut savoir si l’amour est une source de plaisir ou de souffrance. Nicola Porpora, compositeur italien (1686-1768) connu du grand public pour avoir fait chanter le célèbre castrat Farinelli (1) succède à Scarlatti avec l’histoire de Tirsis, jeune homme amoureux d’une belle qui porte des noms divers dans la légende mise en vers par de nombreux poètes. Sandrine Piau doute de la fidélité de son bel amant et exprime des sentiments divers : crainte, douleur, doute……. jusqu’à l’espoir : « Mais je sais aussi que l’espoir s’attire la constance d’un cœur qui toujours a peur que sa fin soit proche ». Toutes les cantates reposent sur ce dilemme : amour, source de plaisir et / ou de malheur. Les deux cantates finales sont des morceaux de bravoure :
Continuer la lecture de CANTATES ITALIENNES XVII et XVIIIèmes siècles