Archives du mot-clé Intelligence artificielle

Pas raciste, l’intelligence artificielle?

Les techniques d’intelligence artificielle sont de nos jours utilisées partout dans le numérique, réseaux sociaux (facebook et consorts) , automobiles, compteurs électriques, etc.

Le Monde publie aujourd’hui un article très intéressant qui met en évidence le fait que ces techniques sont loin d’être neutres, contrairement à ce que l’on pourrait croire a priori : elles reflètent peu ou prou les opinions   mais aussi les non-dits de nos sociétés, tels qu’ils s’expriment à travers les bases de données utilisées. Et la constitution ou le choix de ces bases de données n’est jamais neutre, il résulte de déclarations, de décisions humaines. La machine, toujours, reste manipulée par l’homme.

A lire ICI

« Deep learning » et musique artificielle

Une machine qui compose de la musique dans un style donné, vous en connaissez, à part les petits élèves de composition savamment programmés au Conservatoire? Utopie jusqu’à il y a peu, le « deeep learning » est une nouvelle méthode de traitement qui révolutionne le sujet en matière d’intelligence artificielle. Continuer la lecture de « Deep learning » et musique artificielle 

Un logiciel d’harmonie, pourquoi faire?

Avant de tirer le rideau de ce blog pour quelques temps, voici le mail reçu récemment d’un lecteur. Ma réponse suit :
Bonjour
Je me présente rapidement: je suis ingénieur informaticien et musicien amateur.
J’ai suivi les cursus d’Harmonie et de Contrepoint avec le compositeur Laurent Riou au conservatoire de Montbéliard en France.
Je suis en train de développer un logiciel libre qui s’intéresse à l’harmonie tonale et plus particulièrement aux règles d’harmonie: Continuer la lecture de Un logiciel d’harmonie, pourquoi faire? 

Nicolas Poussin : une peinture entre deux mondes

Nicolas Poussin, Eliezer et Rebecca, 1648, Paris

Nicolas Poussin, Eliezer et Rebecca, 1648, Paris, Musée du Louvre :

(Merci à Yves Rinaldi pour cet excellent billet)

Cette œuvre célèbre de Poussin est une commande du marchand lyonnais Nicolas Pointel qui avait demandé au peintre un tableau représentant de belles figures féminines. Poussin choisit cet épisode de l’Ancien Testament où le serviteur d’Isaac, Eliezer, propose à Rebecca d’épouser son maître et lui offre des bijoux en gage de la parole de celui-ci, parce qu’elle seule vient de lui proposer à boire. La scène, se déroulant comme une frise sculptée à l’antique, permet surtout au peintre de décrire les différentes réactions des jeunes femmes entourant Rebecca autour du puits, tout en leur faisant adopter des poses avantageuses qui mettent  en valeur leur plastique, sous de chastes drapés à l’antique. Il réalise ainsi le souhait de son commanditaire et se permet également de livrer une authentique étude psychologique de l’âme humaine, uniquement par le jeu des regards et la subtilité des expressions dépeintes.

Nicolas Poussin (1594-1665) : un normand devenu le « dieu de la peinture »

Etrange destinée que celle de ce peintre, né au hameau de Villers, près des Andelys, en Normandie et que rien de destinait par sa naissance à devenir ce « dieu de la peinture » selon l’expression d’André Félibien (1619-1695), ami du peintre et premier grand historien d’art français qui lui consacra un volume complet de ses Entretiens (Entretien VIII, 1685), première grande somme de l’histoire de l’art en France. Destin d’autant plus étrange que Poussin échappe à tous les critères habituellement applicables aux grands noms de la peinture. Il ne suscite en effet nul engouement de la part du grand public qui le boude, le jugeant pontifiant et ennuyeux, et son œuvre rebute quiconque serait en quête d’images spectaculaires et de sensations fortes, à l’instar d’un Caravage ou d’un Rembrandt, autres célébrités de la peinture du XVIIe siècle.
Continuer la lecture de Nicolas Poussin : une peinture entre deux mondes