Archives pour la catégorie Musiques

Al Jarreau : l’enchanteur

Tel est le nom de l’émission vue sur Fance Ô, 57 minutes de pur bonheur ! (Elle passe en replay ICI)
Al_Jarreau
Je me suis souvenu de ce coup de foudre à l’écoute de Breaking Away, I can recall, All I am, et tous ces songs que l’on retrouve ICI, dans le LP de 1981. J’étais devenu d’un coup un « absolute fanatic » de cet incroyable chanteur, vocaliste, scatteur, immense musicien d’une profonde originalité, à l’aise dans tous les styles de la chanson, du smooth jazz au blues, de la pop en passant par le R’n B, la bossanova, le jazz fusion, travaillant avec les plus grands de l’époque, Marcus Miller, Georges Duke, Larry Williams, Michel Petrucciani, David Sanborn, etc…
Pour Marcus Miller, cette voix « ne vient de nulle part. Al chante comme un cuivre, une basse, mais aussi comme l’eau, la pluie sur une planche de bois, une assiette qui se brise sur le sol ». Sur scène, Al Jarreau communie avec son public. Le musicien incarne ses chansons et représente la joie de vivre et la générosité. Toujours selon Marcus Miller : « Il y a deux Al Jarreau : le premier est le chanteur de jazz, héritier de Jon Hendricks et d’Ella Fitzgerald. Le deuxième est la pop star, interprète des plus gros tubes de la fin des années 1970. On sort de ses concerts avec une plus grande hauteur d’esprit. »

C’était le cas quand je sortais en juin 1983 du Palais des sports à Paris, après avoir communié avec la foule de ses autres admirateurs. Salle comble, j’étais au fond, je l’ai écouté plus que vu, j’apercevais sa tête de temps en temps entre toutes les autres… Émouvant souvenir !

Voici « take Five » par le jeune Al Jarreau :

Et pour les autres fanas de jazz, ne pas oublier ce SITE.

Singin’ In The Rain au Châtelet

Singin_in_the_rain

Hier soir au Théâtre du Châtelet, j’étais au 18e rang du parterre pour voir la comédie musicale SINGIN’ IN THE RAIN, un an jour pour jour après avoir vu, au même endroit (mais mieux placé !) Un Américain à Paris.

Cette nouvelle comédie musicale produite encore par le Chatelet (merci, Monsieur Jean-Luc Choplin !) est dansée, chantée, parlée en anglais (avec sur-titres) par une troupe anglo-américaine,  des artistes qui conjuguent  les talents de comédiens, danseurs, chanteurs, acrobates. Elle est bâtie sur le scénario du film éponyme de 1952 de Stanley Donen, scénario signé par Betty Comden et Adolph Green et mis en scène par le danseur Gene Kelly – comme d’ailleurs Un Américain à Paris, le film de Minnelli qui date de 1951.

La mise en scène de Robert Carsen s’éloigne volontairement de celle du film et elle n’en est que plus fabuleuse de beauté et de raffinement, Continuer la lecture de Singin’ In The Rain au Châtelet 

Concert MusiComposer Lundi 18 janvier 2016

A noter sur les calepins/smartphone!  🙂

Nouveau concert proposé par l’association MusiComposer et l’Ensemble Musicarmonia.
Cliquer sur l’affiche ci-dessous pour ouvrir le programme détaillé et noter sur les calepins/smartphone! :) :
Concert-Lundi-18_01_2016Lundi 18 janvier 2016, 20H00, en  l’Eglise du Bon Secours, rue Titon Paris 11e. L’Ensemble Musicarmonia est fort de 10 solistes :

Jeroen SYS, violon – Marjorie MISSEMER, flûte – Jelena ILIC, violoncelle – Maud TEXIER, hautbois -Jean- Edouard CARLIER, contrebasse – Julien MORAUD, clarinette – Thibault LEBRUN, piano – Jean-Charles DUPUIS, trombone – Takako IGARASHI-PENTIER, piano – Anne GOLHEN, piano

J’ai assisté hier à la répétition des deux pièces, Caminando et Tango des réverbères qui sont au programme de ce concert et j’ai pu apprécier le grand talent de mes interprètes: Continuer la lecture de Concert MusiComposer Lundi 18 janvier 2016 

Pie Jesu, de Florentine Mulsant

Vous avez envie de décompresser un peu après les évènements tragiques de la semaine dernière, envie de « zénitude » pendant 6 minutes… Cette séquence musicale est pour vous ! 🙂
Voici PieJesu, une pièce pour violoncelle et chœur mixte du compositeur Florentine Mulsant, interprétée  par Raphaël Pidoux au violoncelle et les Choeur Sequenza 9.3.
PieJesu
Cette pièce magnifique était au programme du concert que donnait Sequenza 9.3. et Henri Demarquette à Paris, en Saint Louis des Invalides (concert auquel je n’ai malheureusement pas pu aller).

Florentine Mulsant, on la connait bien sur ce blog et on aime beaucoup sa musique (je l’avais interviewé ICI il y a… 5 ans).

MENDELSSOHN, HÄNDEL, SUPPE

On nous communique :
Dans le cadre de sa 14ème saison,

l’Orchestre symphonique LES CONCERTS D’ATHALIE,
dirigé par son chef d’orchestre – fondateur Léonard Ganvert
Prix de direction musicale du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris
Lauréat de la Fondation Marcel Bleustein-Blanchet pour la Vocation
donnera
l’Ouverture d’Athalie de Felix MENDELSSOHN-BARTHOLDY
le Concerto pour orgue en Fa majeur, opus 4 n° 4 de Georg Friedrich HÄNDEL
et la Missa pro defunctis – Requiem de Franz von SUPPE Continuer la lecture de MENDELSSOHN, HÄNDEL, SUPPE 

Les Misérables d’Henri Fescourt avec Zygel au piano

Ma première pensée sera pour mes fesses endolories par plus de trois heures dans l’un des mauvais fauteuils du Théâtre du Châtelet (*). Il y a tellement d’autres salles à Paris où les fauteuils sont plus confortables, Monsieur Zygel !

Ma deuxième pensée sera pour les spectateurs de l’année 1925. Les pauvres, ils n’ont pas eu la chance de voir un film superbement restauré en HD 4K, un film par ailleurs bien léché, mais qui exacerbe d’une manière un peu simpliste les boursouflures du mélodrame de Victor Hugo sans en restituer le coté picaresque… Éternelle comparaison entre le roman, enjolivé par le souvenir, si riche grâce au support de l’imagination et le film, si réducteur.

Ma troisième et dernière pensée sera pour le pianiste (voir la vidéo). A quoi se shoote-t’il? Faut-il être masochiste pour improviser au piano avec autant d’entrain, de science et de délectation pendant près de six heures, dans l’obscurité, au pied d’un grand écran !
J’ai bien aimé ces pincements de cordes basses dans les moments graves, moins ces accords en ostinatos à la main gauche, un procédé efficace pour créer le climat mais un peu trop appuyé ou systématique à mon gout.
Quand même, Bravo et Merci ! Monsieur Zygel, pour nous avoir offert ce spectacle si singulier.

(*) Pour des raisons indépendantes de ma volonté, je n’ai pu assister qu’à la deuxième partie du spectacle (seulement trois heures et demie).

Vanessa Wagner, Thibault Lebrun, duo de pianistes

Voici un nouveau disque de Vanessa Wagner, la grande pianiste et de son « élève », Thibault Lebrun, intitulé « A l’Aube  » . V_Wagner-T_LebrunL’aube d’une brillante carrière, certainement, pour ce jeune pianiste que j’ai eu l’occasion d’écouter plusieurs fois en concert (chroniques ICI).
Dans un programme très éclectique, Ils jouent ensemble quelques « quatre mains », et nous font entendre des morceaux du répertoires dont pour ma part je retiendrai les 12 Ländler op.171 –  de  Schubert interprétés avec beaucoup de sensibilité par Vanessa Wagner et la  Ballade No.2, S.171 de Liszt   interprétée par un Thibault Lebrun plein d’une fougue juvénile !  Balade N°2 – Liszt

Bravo à tous deux pour cet excellent CD qui sortira très bientôt chez les meilleurs disquaires ! 🙂 (et bien sûr en téléchargement)

Musique à Versailles pour Louis XIV

concert_ballet-royal-de-la-Très agréable cette soirée Dimanche sur Arte qui diffusait La NUIT Louis XIV de William Christie (j’ai vu cette retransmission en replay, disponible jusqu’au 1er décembre sur le site d’ARTE).

Au programme, Denis Podalydès d’abord,  tel qu’en lui-même, formidable acteur dans une présentation royale de ces musiques du temps de Louis XIV, avec notamment l’opéra Atys de Lully plein de fantaisie et de sensibilité, une œuvre que j’ai découverte, et des pièces beaucoup plus connues de Delalande, Charpentier et Desmaret, interprétées par l’Ensemble des Arts Florissants et un quatuor de beaux chanteurs souriants sous la direction de William Christie; on se promenait gaiement à travers le château de Versailles dans une flânerie qui nous conduisait de l’Opéra Royal  jusqu’à la Galerie des glaces avec en bouquet final un feu d’artifice dans les jardins que l’on admirait par les fenêtres.

Sûr que  nous étions tous des Rois Soleil devant notre télé, mieux qu’à Versailles !

Emission à voir sur le site d’ARTE jusqu’au 1er décembre 2015.