Archives pour la catégorie Ciné-video-télé

Tous les films et émissions de télévisions que j’ai vu et que j’ai trouvé intéressantes.

Singin’ In The Rain au Châtelet

Singin_in_the_rain

Hier soir au Théâtre du Châtelet, j’étais au 18e rang du parterre pour voir la comédie musicale SINGIN’ IN THE RAIN, un an jour pour jour après avoir vu, au même endroit (mais mieux placé !) Un Américain à Paris.

Cette nouvelle comédie musicale produite encore par le Chatelet (merci, Monsieur Jean-Luc Choplin !) est dansée, chantée, parlée en anglais (avec sur-titres) par une troupe anglo-américaine,  des artistes qui conjuguent  les talents de comédiens, danseurs, chanteurs, acrobates. Elle est bâtie sur le scénario du film éponyme de 1952 de Stanley Donen, scénario signé par Betty Comden et Adolph Green et mis en scène par le danseur Gene Kelly – comme d’ailleurs Un Américain à Paris, le film de Minnelli qui date de 1951.

La mise en scène de Robert Carsen s’éloigne volontairement de celle du film et elle n’en est que plus fabuleuse de beauté et de raffinement, Continuer la lecture de Singin’ In The Rain au Châtelet 

L’Orgue de ND de Paris, visite avec Olivier Latry

Excellent documentaire qui nous fait découvrir les entrailles du grand orgue de Notre Dame et son histoire, inséparable de celle de la cathédrale.

Avec un guide émérite : Olivier Latry

Le lien : https://www.gloria.tv/video/fs9sEBqtuWgkJRyVhs8pBXnoL Continuer la lecture de L’Orgue de ND de Paris, visite avec Olivier Latry 

Les Misérables d’Henri Fescourt avec Zygel au piano

Ma première pensée sera pour mes fesses endolories par plus de trois heures dans l’un des mauvais fauteuils du Théâtre du Châtelet (*). Il y a tellement d’autres salles à Paris où les fauteuils sont plus confortables, Monsieur Zygel !

Ma deuxième pensée sera pour les spectateurs de l’année 1925. Les pauvres, ils n’ont pas eu la chance de voir un film superbement restauré en HD 4K, un film par ailleurs bien léché, mais qui exacerbe d’une manière un peu simpliste les boursouflures du mélodrame de Victor Hugo sans en restituer le coté picaresque… Éternelle comparaison entre le roman, enjolivé par le souvenir, si riche grâce au support de l’imagination et le film, si réducteur.

Ma troisième et dernière pensée sera pour le pianiste (voir la vidéo). A quoi se shoote-t’il? Faut-il être masochiste pour improviser au piano avec autant d’entrain, de science et de délectation pendant près de six heures, dans l’obscurité, au pied d’un grand écran !
J’ai bien aimé ces pincements de cordes basses dans les moments graves, moins ces accords en ostinatos à la main gauche, un procédé efficace pour créer le climat mais un peu trop appuyé ou systématique à mon gout.
Quand même, Bravo et Merci ! Monsieur Zygel, pour nous avoir offert ce spectacle si singulier.

(*) Pour des raisons indépendantes de ma volonté, je n’ai pu assister qu’à la deuxième partie du spectacle (seulement trois heures et demie).

Fatima, un film de Philippe Faucon

J’ai vu Fatima, le dernier film de Philippe Faucon hier soir. La presse en dit beaucoup de bien, et c’est vrai que les dialogues en sont justes, que les acteurs sont excellents, qu’on y trouve les quelques remarques malicieuses qui font dire qu’il est plein d’humour…

Et pourtant j’ai été un peu déçu. L’intrigue est mince, le suspens n’est pas là (ça finit en queue de poisson), on ne s’ennuie certes pas, mais  l’histoire reste un peu mièvre, anecdotique, au « premier degré », c’est le monde des bisounours, bref le scénario est un peu léger… Rien à voir avec Ken Loach.

Musique à Versailles pour Louis XIV

concert_ballet-royal-de-la-Très agréable cette soirée Dimanche sur Arte qui diffusait La NUIT Louis XIV de William Christie (j’ai vu cette retransmission en replay, disponible jusqu’au 1er décembre sur le site d’ARTE).

Au programme, Denis Podalydès d’abord,  tel qu’en lui-même, formidable acteur dans une présentation royale de ces musiques du temps de Louis XIV, avec notamment l’opéra Atys de Lully plein de fantaisie et de sensibilité, une œuvre que j’ai découverte, et des pièces beaucoup plus connues de Delalande, Charpentier et Desmaret, interprétées par l’Ensemble des Arts Florissants et un quatuor de beaux chanteurs souriants sous la direction de William Christie; on se promenait gaiement à travers le château de Versailles dans une flânerie qui nous conduisait de l’Opéra Royal  jusqu’à la Galerie des glaces avec en bouquet final un feu d’artifice dans les jardins que l’on admirait par les fenêtres.

Sûr que  nous étions tous des Rois Soleil devant notre télé, mieux qu’à Versailles !

Emission à voir sur le site d’ARTE jusqu’au 1er décembre 2015.

Des canyons aux étoiles de Messiaen, expliqué par Zygel

Hier soir, il ne fallait pas manquer l’émission Les clefs de l’orchestre de Jean-François Zygel sur la 5.  Il nous présentait une œuvre symphonique d’Olivier Messiaen Des canyons aux étoiles écrite en 1973 à l’occasion du bicentenaire des États-Unis.
Autant son émission grand public La boite à musique sur la 2 me laisse de plus en plus froid (je ne suis pas  la cible), autant ces Clefs de l’orchestre sont passionnantes.

On aime ou on n’aime pas Messiaen, ses références mystiques – ici, comme d’habitude, elles abondent –  et ses chants d’oiseaux – cette fois, ils  sont surtout américains.
Pour ma part, point trop n’en faut ! Pourtant je suis admiratif de cette musique à nulle autre pareille; Continuer la lecture de Des canyons aux étoiles de Messiaen, expliqué par Zygel 

Taxi Téhéran de Jafar Panahi

Enfin ! J’ai pu voir le film Taxi Téhéran de Jafar Panahi… et je n’ai pas été déçu.

A la suite de lectures trop  rapides, j’avais retenu un peu naïvement que le cinéaste, devenu chauffeur de taxi par nécessité (il n’a plus le droit d’exercer son métier dans son pays) avaient tourné une  suite de vidéos dans son taxi au hasard de rencontres intéressantes, avec une mini camera, pour ne pas se faire remarquer, et qu’il les avait ensuite scénarisées pour en faire un film qui a obtenu l’ours d’or à Berlin.

En fait, pas du tout : il s’agit d’un docufiction avec un scénario écrit avant le tournage, lequel fut réalisé dans une voiture qui était un faux taxi. Continuer la lecture de Taxi Téhéran de Jafar Panahi