Archives pour la catégorie Beaux-Arts

Tu ne procrastineras pas tes souvenirs de vacances

Pro-cras-ti-na-tion.
Ce mot, très à la mode ces temps-ci dans la presse quand elle parle des politiques, ce mot me réjouit. Et il m’interroge.
Car il me renvoie à ces comptes rendus de voyage que je n’ai jamais faits sur ce blog, après les avoir tant promis. Je procrastine depuis deux ans sur mon séjour dans les provinces maritimes du Canada (provinces acadiennes), un voyage qui soulève pourtant une foule d’excellents souvenirs et qui a fait l’objet d’une quantité – inavouable – de belles photos; idem concernant le séjour en Toscane l’année dernière, et celui en Ombrie, cette année.Le temps passe, passe, et j’entends le onzième commandement :  » tu ne procrastineras pas tes souvenirs de vacances » !

Alors, voici le carnet de voyage de mon dernier séjour sur… la côte d’azur! 01 St-Tropez

J’y rejoins ma famille dans cette magnifique maison dans la colline varoise: la piscine, la plage pas très loin, un temps très agréable en cette fin aout surtout après la fraicheur d’un séjour dans ma montagne à 2000m.
Rien de très culturel dites-vous?
Alors, allons faire un peu de tourisme à une demi-heure de bateau dans ce petit village pittoresque aux étroites maisons de pêcheurs, ses ruelles et leurs boutiques à la mode, ses yachts de milliardaires dans le petit port, la gentillesse de ses habitants, sa citadelle d’où la vue est magnifique.

Continuer la lecture de Tu ne procrastineras pas tes souvenirs de vacances 

Edward Hopper au Grand Palais


Étonnants ces 100 tableaux de Edward Hopper, exposés au Grand Palais à Paris, à la fois lisibles au premier coup d’œil et intrigants, voire mystérieux dans leur apparente banalité, comme autant d’énigmes qui s’imposent au regard attentif. Sa façon de suggérer une ambiance va au delà de l’art de la peinture. Et quelle science du cadrage ! Continuer la lecture de Edward Hopper au Grand Palais 

Chagall et la Bible

La Bible est « la plus grande source de poésie de tous les temps » affirme Marc Chagall après son voyage en Palestine. Le livre saint inspire en effet une partie considérable de son œuvre, notamment avec ses nombreuses gouaches et eaux-fortes illustrant l’Ancien Testament. J’ai visité cet été une exposition de Chagall intitulée l’Univers spirituel de Marc Chagall .

Une centaine d’eaux-fortes étaient justement présentées. En voici quelques-unes parmi les plus admirables dans l’expression des personnages.
Ne pas oublier de mettre en « plein écran » en cliquant en bas à droite de l’image.
Continuer la lecture de Chagall et la Bible 

Chartres en lumières

L’été fut  l’occasion, cette année encore de vadrouiller d’est en ouest, depuis la belle Toscane  jusqu’à la  Pointe du Raz; l’occasion d’accumuler un trop-plein de photos dont il faut ensuite extraire la quintessence. Dur labeur!
Je commence par le plus facile avec la série la plus récente: de retour de Bretagne, arrêt à Chartres le temps d’admirer les illuminations de la cathédrale, la vielle ville avec ses ponts sur l’Eure, les vieilles maisons et la fameuse église St Pierre.

Nota: Pour agrandir les photos à l’écran, cliquer sur l’icone « plein écran » sur la photo, en bas à droite. Continuer la lecture de Chartres en lumières 

Lucerne, ville d’Art

Relisant un billet de juin 2006, j’y annonçais un article consacré à l’architecture en Suisse sur la base des très nombreuses photos prises lors de ce voyage.
Il était temps, six ans après de donner suite à ce projet (très légèrement) présomptueux… Commençons donc modestement aujourd’hui par la bonne ville de Lucerne. Pourquoi Lucerne, plutôt que Genève, Berne, Bâle, Martigny (le choix est grand) ? Parce qu’étant enfant, j’en ai gardé un souvenir ébloui: c’est la ville et le Lac des Quatre Cantons de Guillaume Tell! Continuer la lecture de Lucerne, ville d’Art 

Une nouvelle Samaritaine en 2014

Le projet de rénovation des magasins parisiens de la Samaritaine est enfin dévoilé aux habitants du 1er arrondissement de Paris.
Le bel immeuble de la Samaritaine en bordure de Seine ne peut passer inaperçu des millions de touristes qui se sont baladés sur la Seine en bateau-mouche, ou tout simplement le long des quais. Quant aux parisiens, ils connaissent depuis toujours « La Samar' », soit pour y avoir fait des achats avant sa fermeture il y a dix ans,  soit pour y avoir connu quelque « employé de commerce » ou étudiant au « petit boulot » saisonnier.

On ne savait plus où en était le projet mais il est enfin connu et définitif: les trois quarts des immeubles seront réhabilités en façade et les corps de bâtiments intérieurs restructurés en respectant les styles et la construction d’origine, sauf coté rue de Rivoli.
La vidéo ci-dessous en explique les tenants et aboutissants. Continuer la lecture de Une nouvelle Samaritaine en 2014 

Gênes, ville d’art

Gênes est une ville peu connue des amoureux de l’Italie. Ils s’en font l’image d’un grand port, comme Marseille. La circulation automobile y est au moins aussi difficile, mais heureusement pour le touriste, les services de transports urbain (bus et métro assurés par la RATP !), et le chemin de fer côtier fonctionnent bien – avec, comme partout en Italie un scooter omniprésent.
Grand port, deuxième de la Méditerranée après Marseille, justement, Gênes est aussi une aussi ville d’art extraordinaire qui vaut le détour, tout autant que Turin ou Milan, par exemple. Ce fut en effet pendant 8 siècles la capitale de la République de Gênes, grande concurrente de la République de Venise. Continuer la lecture de Gênes, ville d’art 

Aincourt : l’hommage aux déportés devant un dépotoir

Vue du bâtiment Bonnefoy-Sibour, un des trois bâtiments de cure de l’ancien sanatorium d’Aincourt et qui fut l’un des premiers camps de concentration français. La photo de Thomas Boivin montre l’état actuel de ce haut lieu de la Résistance et de la Déportation, après le passage des vandales et des paint-ballers.
Samedi 2 octobre dernier, dans l’enceinte de l’ancien sanatorium d’Aincourt dans le département du Val d’Oise, s’est déroulée une cérémonie émouvante, à l’occasion du 70ème anniversaire de l’ouverture du Camp d’Internement et tout particulièrement de l’arrivée des premiers prisonniers politiques, le 5 octobre 1940.
Continuer la lecture de Aincourt : l’hommage aux déportés devant un dépotoir 

Le Guggenheim de Bilbao, chef d’œuvre de l’architecture contemporaine

Le Musée Guggenheim de Bilbao de l’architecte américain Frank O. Gehry est en lui même un chef d’œuvre de l’architecture contemporaine, indépendamment des collections permanentes ou temporaires qu’il offre à ses visiteurs.

Photographe invétéré, j’ai été subjugué cet été, lors de mon voyage en Cantabrique espagnole par la beauté absolue du monument et je n’ai pas résisté au plaisir de rajouter quelques dizaines de photos supplémentaire à la montagne de photos existantes sur le net, avec l’envie de restituer la beauté de ces courbes sensuelles, de ce bateau (ou poisson ?) posé sur un plan d’eau et s’ouvrant sur cette belle ville de Bilbao par une vaste esplanade dallée.

La visite photographique commence par l’extérieur; nous faisons le tour du bâtiment avant d’entrer dans le musée et terminons par une vue aérienne prise du haut de la colline qui domine la ville.

En savoir plus (collections permanentes et temporaires)?
Il faut aller sur le site du musée et en faire la visite virtuelle. C’est ici.

Nicolas Poussin : une peinture entre deux mondes

Nicolas Poussin, Eliezer et Rebecca, 1648, Paris

Nicolas Poussin, Eliezer et Rebecca, 1648, Paris, Musée du Louvre :

(Merci à Yves Rinaldi pour cet excellent billet)

Cette œuvre célèbre de Poussin est une commande du marchand lyonnais Nicolas Pointel qui avait demandé au peintre un tableau représentant de belles figures féminines. Poussin choisit cet épisode de l’Ancien Testament où le serviteur d’Isaac, Eliezer, propose à Rebecca d’épouser son maître et lui offre des bijoux en gage de la parole de celui-ci, parce qu’elle seule vient de lui proposer à boire. La scène, se déroulant comme une frise sculptée à l’antique, permet surtout au peintre de décrire les différentes réactions des jeunes femmes entourant Rebecca autour du puits, tout en leur faisant adopter des poses avantageuses qui mettent  en valeur leur plastique, sous de chastes drapés à l’antique. Il réalise ainsi le souhait de son commanditaire et se permet également de livrer une authentique étude psychologique de l’âme humaine, uniquement par le jeu des regards et la subtilité des expressions dépeintes.

Nicolas Poussin (1594-1665) : un normand devenu le « dieu de la peinture »

Etrange destinée que celle de ce peintre, né au hameau de Villers, près des Andelys, en Normandie et que rien de destinait par sa naissance à devenir ce « dieu de la peinture » selon l’expression d’André Félibien (1619-1695), ami du peintre et premier grand historien d’art français qui lui consacra un volume complet de ses Entretiens (Entretien VIII, 1685), première grande somme de l’histoire de l’art en France. Destin d’autant plus étrange que Poussin échappe à tous les critères habituellement applicables aux grands noms de la peinture. Il ne suscite en effet nul engouement de la part du grand public qui le boude, le jugeant pontifiant et ennuyeux, et son œuvre rebute quiconque serait en quête d’images spectaculaires et de sensations fortes, à l’instar d’un Caravage ou d’un Rembrandt, autres célébrités de la peinture du XVIIe siècle.
Continuer la lecture de Nicolas Poussin : une peinture entre deux mondes