Archives pour la catégorie Lyrique-Opéra

Lyrique et Opéra

Singin’ In The Rain au Châtelet

Singin_in_the_rain

Hier soir au Théâtre du Châtelet, j’étais au 18e rang du parterre pour voir la comédie musicale SINGIN’ IN THE RAIN, un an jour pour jour après avoir vu, au même endroit (mais mieux placé !) Un Américain à Paris.

Cette nouvelle comédie musicale produite encore par le Chatelet (merci, Monsieur Jean-Luc Choplin !) est dansée, chantée, parlée en anglais (avec sur-titres) par une troupe anglo-américaine,  des artistes qui conjuguent  les talents de comédiens, danseurs, chanteurs, acrobates. Elle est bâtie sur le scénario du film éponyme de 1952 de Stanley Donen, scénario signé par Betty Comden et Adolph Green et mis en scène par le danseur Gene Kelly – comme d’ailleurs Un Américain à Paris, le film de Minnelli qui date de 1951.

La mise en scène de Robert Carsen s’éloigne volontairement de celle du film et elle n’en est que plus fabuleuse de beauté et de raffinement, Continuer la lecture de Singin’ In The Rain au Châtelet 

Musique à Versailles pour Louis XIV

concert_ballet-royal-de-la-Très agréable cette soirée Dimanche sur Arte qui diffusait La NUIT Louis XIV de William Christie (j’ai vu cette retransmission en replay, disponible jusqu’au 1er décembre sur le site d’ARTE).

Au programme, Denis Podalydès d’abord,  tel qu’en lui-même, formidable acteur dans une présentation royale de ces musiques du temps de Louis XIV, avec notamment l’opéra Atys de Lully plein de fantaisie et de sensibilité, une œuvre que j’ai découverte, et des pièces beaucoup plus connues de Delalande, Charpentier et Desmaret, interprétées par l’Ensemble des Arts Florissants et un quatuor de beaux chanteurs souriants sous la direction de William Christie; on se promenait gaiement à travers le château de Versailles dans une flânerie qui nous conduisait de l’Opéra Royal  jusqu’à la Galerie des glaces avec en bouquet final un feu d’artifice dans les jardins que l’on admirait par les fenêtres.

Sûr que  nous étions tous des Rois Soleil devant notre télé, mieux qu’à Versailles !

Emission à voir sur le site d’ARTE jusqu’au 1er décembre 2015.

Splendeurs et misères des comédies musicales

Salutation-de-la--troupe-de-american-in-Paris
La troupe d’Un Américain à Paris salue son public enthousiaste

 

En trois soirées consécutives, j’ai vu trois spectacles qui ont fait l’objet d’une excellente critique dans Telerama, trois comédies musicales… enfin, parlons plutôt de « spectacle total », mélange de comédie, de danse et chants sur des musiques connues,  sachant qu’un seul de ces spectacles revendique – et à juste titre – cette appellation.
Commençons par la première soirée au Théatre Ranelag (Paris 16e) avec ce que le programme intitule « Le Concert sans retour » – ce demi-succès serait-il sans lendemain? Continuer la lecture de Splendeurs et misères des comédies musicales 

Giacomo Puccini chez lui, à Torre del Lago

La rue débouche sur une vaste esplanade en bordure du lac  Massaciuccoli,  un grand lac bleu comme le ciel de Toscane, qui s’étend jusqu’aux lointaines montagnes.

A gauche, à l’écart, derrière l’école de voile, un ensemble d’immeubles, grand jeu de cubes de couleur bleu où l’on distingue des gradins et des échafaudages : c’est le théâtre en plein air où l’on joue cet été La Bohème, Madame Butterfly, Turandot, Tosca…

A droite une vieille tour crénelée derrière un kiosque à musique : La Torre del Lago. Elle a donné son nom à ce village où vécut Giacomo Puccini.

Derrière, au coin de la rue, une belle villa protégée d’une solide grille métallique offre aux regards indiscrets son jardin luxuriant : c’est la villa qu’a fait construire le Maître en 1899.  Continuer la lecture de Giacomo Puccini chez lui, à Torre del Lago 

La boite à musique de J-F Zygel – 2013

 

Dialogue :

– Pas mal, cette émission de Zygel sur Verdi et l’Opéra romantique, vue en replay sur France 2, mais cela ne vaut pas un bon film ou un bon documentaire.
– Pas d’accord ! C’est une émission qui se veut d’abord de variétés, mais elle est de bonne tenue; la voir en replay permet de la visionner à une heure raisonnable. On y apprend des choses, même sur Verdi que je croyais bien connaitre !
Et puis on y voit des artistes exceptionnels, Continuer la lecture de La boite à musique de J-F Zygel – 2013 

The Rake’s Progress de Stravinsky à Garnier

Le Musicien enragé de William Steiner
Le Musicien enragé de William Hogarth

J’étais à Garnier hier soir pour voir le célèbre opéra de Stravinsky, « la carrière d’un libertin ».
Comme souvent à l’Opéra et surtout  à Garnier, le spectacle commence dans la salle.
A l’Orchestre, une foule de touristes nous entourent, principalement russes, très habillés – à l’Opéra, on reconnait les Français à leur tenue « ordinaire ». Devant nous plusieurs couples flirtent –  hommes mûrs accompagnés de tendrons en robe de soirée, de toute évidence des escorts girls en mission. Les flashs crépitent, tout est bon pour prendre des photos avec reflex, téléphones et même tablettes… Combien de millions de photos ont été prises du plafond de Chagall ?
Le spectacle commence et tout de suite, nous somme sidérés par l’invention et la beauté de la mise en scène d’Olivier Py. Tout au long de ce spectacle de trois heures, nous resterons admiratifs des changements de tableaux, des gags visuels qui sont autant de clins d’œil humoristiques soulignant la musique espiègle ou ironique de Stravinsky (Ah, cette cavatine dans la scène du bordel avec ses bouillonnants arpèges de clarinette, ou ce clavecin énigmatique qui souligne la scène du jeu de cartes !).
Continuer la lecture de The Rake’s Progress de Stravinsky à Garnier 

Jules Cesar de Haendel à Salsbourg

Ce soir ARTE présentait en direct l’opéra Jules Cesar de Haendel dans le cadre du festival de Pentecôte de Salsbourg.  Une mise en scène brillante et complètement loufoque; une distribution étincelante avec notamment Bartoli (Cléopatre), Andreas Scholl (César), Anne Sophie von Otter (Cornelia) et Philippe Jaroussky (Sextus). Tous excellents, avec une Bartoli qui a pris quelques kilos quand même, et un Jarousski affreusement grimé.

Et pourtant (humeur…)
Pourtant je n’ai pas pu aller jusqu’au bout, tellement sont assommants ces airs dix fois répétés.
Trop baroque tu meurs! 🙁

« Don Giovanni » à la Scala

J’avais enregistré la diffusion sur Arte de ce nouvel opéra, et je l’ai vu dix jours après en différé.

Cet opéra de Mozart, on ne s’en lasse pas ! Il est toujours moderne avec un livret – un scénario, devrais-je dire – d’une  incroyable actualité. Quand, au début, le valais Leporello nous chante son maître aimant toutes les femmes, qu’elles soient belles ou laides, grandes ou petites, duchesse ou femme de chambre, cadre supérieure  au FMI ou femme de ménage au Sofitel.
DJ vs DSL, le Donjuanisme est éternel.

Ceci étant, la mise en scène « Pépère » de Robert Carsen m’a laissé sur la rive pendant tout le premier acte. Ensuite, je me suis fait embarqué, surtout grâce aux trois interprètes principaux. Continuer la lecture de « Don Giovanni » à la Scala