« Elle s’en va » d’Emmanuelle Bercot

Un road-movie irrésistible avec une Catherine Deneuve (Bettie) en icône insurpassable dans un rôle écrit pour elle par une jeune cinéaste pétrie de talents.
J’y ai découvert aussi le peintre Garouste dont le tableau « Les Libraires aveugles » à l’expo de la Fondation Maeght m’avait étonné. « Il joue comme un pied, il ferait mieux de retourner à ses tableaux » disait récemment de lui un critique de l’émission radio Le Masque et la Plume, sur France Inter. Pas d’accord, pour moi il « joue juste », au diapason des autres acteurs, qu’ils soient ou non professionnels. 
L’air de rien, cette comédie dramatique est un hymne à la vieillesse avec ses personnages,- le vieux paysan breton roulant sa cigarette, la mère de Bettie (Catherine Deneuve) qui couve sa fille comme si elle avait 17 ans, et ce bouquet du troisième âge d’anciennes candidates à « Miss France » (ou l’on reconnait Mylène Demongeot), toutes plus fofolles les unes que les autres.
C’est aussi une ode à la jeunesse avec ce rôle que tient la chanteuse Camille ou ce gamin insupportable que joue Nemo Schiffman (le propre fils de la cinéaste).
Probablement un des meilleurs films de la rentrée.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *