La musique du XXe siècle

De qui est cette citation :

La musique du XXe siècle a connu tant de tournants divers ! Une grande partie de la musique du XXe siècle a réussi à se couper complètement du grand public, et des interprètes aussi.  Je pense que, heureusement, nous revenons aujourd’hui à un bon point d’équilibre entre l’art et le cerveau, entre l’âme et le cerveau : la musique sans intellect n’a pas vraiment d’intérêt, mais la musique sans âme est encore pire.

Elle est de Paavo Jarvi, Directeur musical de l’Orchestre de Paris dans une interview publiée dans la revue de la Cité de la musique, à propos du Compositeur Karol Beffa dont il dit que sa musique « possède cette combinaison parfaite entre sophistication et intérêt intellectuel sans toutefois s’éloigner du public, sans perdre le lien avec le passé. »

5 réflexions au sujet de « La musique du XXe siècle »

  1. bof, je n’aime pas cette formule là…une musique « politiquement correcte », qui ne prend pas de risque, et qui semble prête à être consommer par le public, non ? ça ne correspond pas à l’excellente musique de Beffa. Qu’est ce que c’est que cette histoire d’équilibre entre l’art et le cerveau ? l’art n’est que démesure !!! sinon quel ennui !

    les grands artistes , acteurs ou musiciens , d’ailleurs ne sont souvent que démesure, même les plus « ‘intellectuels » d’entre eux ( il y a une certaine folie dans l’art de la fugue de Bach, toute maîtrisée que cette oeuvre sublime soit ! )

    1. Il ne fait que paraphraser ravel. Le beau: « le point à égale distance de la sensibilité et de l’intelligence »

      Ce que j’adore, c’est le mot « égal ». Génie !

  2. « une musique « politiquement correcte »
    Le « politique » est affaire d’époque. Dans les années 60s-70s, c’était Boulez…
    Et le public n’a pas trop aimé…

    « qui ne prend pas de risque »,
    On prend toujours des risques quand on compose, quoi que l’on compose. Et d’abord par ce que le compositeur veut se frotter à un auditoire. Et la démesure ou la « folie » n’est souvent qu’une manière de se faire remarquer d’un public que l’on recherche, et ce n’est pas nécessairement signe de talent…

    « et qui semble prête à être consommer par le public »
    Le public ne consomme pas de la musique quand il va au concert. C’est un évènement qui est tout sauf le robinet à musique de la radio, le super marché culturel comme la FNAC ou une quelconque boite de nuit..

  3. mouiiii suis peut être allée un peu loin, là, ….très intéressantes tes réponses dans l’ensemble, JLF, …je le reconnais, sauf une
    –  » Et la démesure ou la « folie » n’est souvent qu’une manière de se faire remarquer d’un public que l’on recherche,  »
    eh bien non justement !!! cette démesure n’existe que si le compositeur oublie totalement le public , l’idée même du  » public » freine, mutile et déforme toute pensée créatrice. On ne devrait composer que comme des dieux, soi et la musique !!!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *