Piano Billie Jean and Finger Moonwalk

Etonnante prouesse musicale et technique (au piano et au montage) que celle-ci

[A  noter au passage : le pianiste aux huit mains par superposition des images, le jeu glissando, la frappe piano-percussion sur couvercle, le Finger moonwalk (2’18), les pizz et jeux dans les cordes…]

12 réflexions au sujet de « Piano Billie Jean and Finger Moonwalk »

  1. Prouesse? Bof…
    C’est du bon travail de montage vidéo à partir de quelques idées de mise en scène. L’intérêt artistique est mince.

  2. Oh la la !!! cela devient vraiment « le blog des plaintes et des lamentations en tous genres » décidément… on dirait un groupe de grincheux un peu ringards sur les bords non ? …
    Et d’abord, les avez-vous eues ces idées de mise en scène ? que proposez-vous de mieux ?

    Il n’y a pas que Wagner et Brassens dans la vie ! (sic)
    ( et fichtre nous savons combien Brassens est un grand)

    Vivent DUSAPIN, Stockhausen et …le roi de la pop et… tutti quanti…

  3. Pour une fois je suis d’accord avec ce coucou (qui joue maintenant les poulettes?)

    Les transitions vidéo permettant les raccords musicaux au montage sont facilement repérables, ça sent son bricolage, et le tout n’est pas très « fun » – mais pas plus que Wagner ou Brassens, il est vrai ! 😉

    Dans le genre « fun » je préfère par exemple cette vidéo :
    http://www.dailymotion.com/video...

  4. Personnellement, je me rangerais derrière Émilie : il n’est pas question ici de grand art, mais simplement de se faire plaisir, et c’est très réussi. La vidéo elle-même est suffisamment originale, la transcription pianistique stimulante et l’usage percusifs divers et variés également.

  5. Vous avez compris ce que vient faire ce pauvre Dusapin dans le commentaire sur ce navet ?

    Pas moi…

    Il y a là  comme un vieil air de relent à  Roncevaux qui plane par ici

  6. Totor : il vient souligner que l’on peut aimer autant Dusapin que Michael Jackson. Cela ne me semble pourtant pas si compliqué à  comprendre. Mais il n’y a de sourd que celui qui ne veut entendre…

  7. Merci Laurent, il s’agit bien d’une distraction musicale, ( a joke ?) sans prétention, je ne pensais pas qu’elle aurait attiré tant de mépris.
    Que d’aigreur !

    Je suis rassurée qu’il y ait encore quelques musiciens à l’esprit ouvert…

    Gershwinou, merci pour ta vidéo, effectivement c’est un très joli moment de pop music, très artistique et même poétique.(Ce n’est pas comparable évidemment avec la précédente « Billie Jean », qui n’est qu’un montage à partir d’une idée…)
    c’est très bien filmé également et la ballerine évolue comme un automate gracieux sortie d’une boîte à musique.

    j’ai apprécié aussi les compositions du compositeur hongrois Gabor Kemeny
    dont tu parles sur les forums : musicomposer.fr/viewtopic…
    Merci pour toutes ces découvertes musicales !

    Emilie

  8. « Mais il n’y a de sourd que celui qui ne veut entendre… » (Laurent)

    Sauf les vrais sourds … bien entendu (librement inspiré de Brassens)

    Cela dit, l’humour n’est pas méprisant en soi : c’est plutôt une forme parmi d’autres d’hygiène mentale destinée à combattre l’ennui

    Ce dernier nous guette tous à un moment ou à un autre, et un bon éclat de rire est le seul remède connu : comme toutes les potions efficaces, il n’est pas nécessairement facile à avaler

    Totor qui n’a pas (toujours) tort

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *