Laurent Terzieff, « le poète parle » encore, sur une musique de Schumann

« La voix d’un immense acteur s’est tue, Laurent Terzieff vient de mourir ce 2 juillet 2010 » lit-on avec émotion dans toute la presse.

Pour ceux qui l’ont aimé et admiré dans ses mises en scène et ses récitals poétiques, – on se souvient en particulier de Florilége (Paris, 2005) au Lucernaire, comment une telle voix pourrait-elle s’éteindre ? Les poémes qu’il interpréta de Rilke, Cendrars, Neruda, Haelderlin, Heine, Goethe, Desnos, pour ne citer que ceux-là , résonnent encore dans toutes les mémoires.
L’homme de théâtre était aussi féru de poésie:
A la question « La poésie est-elle un moment de vérité ? » Laurent Terzieff répond : « Tout vrai poéte est à la recherche de quelque chose d’innommé.» (Laurent Terzieff, Chantre de Brecht entretien de Manuelle Calmat) Reprenant un texte de Rainer Maria Rilke, il nous offre cette merveilleuse lecture intitulée
« pour écrire un seul vers» ou « le premier mot d’un vers »  <img src="
ou bien il fait l’éloge du théâtre
« Le théâtre est avant tout un temps réinventé dans un espace transfiguré » (Adamov) Laurent Terzieff et Schumann Voué au théâtre et à la poésie, Laurent Terzieff prête aussi sa voix à la musique, celle de Robert Schumann en particulier et des Scénes d’enfants (Kinderscenen). Ces contes pour enfants (et pour plus grands) écrits d’aprés Schumann sont interprétés par Pascale de Boysson, Claire Frédéric, Eric Metayer, Laurent Terzieff et par le pianiste Claude Helffer. « Des contrées imaginaires et des êtres mystérieux », « Curieuse aventure », « Bonheur parfait » jusqu’à la dernière Scéne « Le Poéte parle » (Der Dichter spricht). Et ce que Laurent Terzieff nous dit justement du théâtre, « Le théâtre est le lieu où le monde visible rencontre l’invisible » « Il n’y a de concret dans la vie que le présent et par dérision c’est peut-être le présent qui est insaisissable, et c’est un des merveilleux paradoxes du théâtre de faire que ce présent devienne saisissable. » (Eloge du théâtre, Ina. fr) ne pourrions-nous pas le transposer aussi à la musique ?
Emilie A.
Du mercredi 7 Juillet 2010 : revoir les derniers hommages rendus à Laurent Terzieff, à Paris, Eglise Saint-Germain des Prés, avec entre autres: Brigitte Fossey, Jean Rochefort, Michael Lonsdale, Robert Hossein.(site Actu.fr) et quelques témoignages poignants comme celui de Jean Rochefort :« Il avait choisi l’Art,(…) Il était magnifique en plus de son immense talent, on sort d’ici avec un peu de mépris pour soi même, si c’est vrai ; il a choisi ce que nous rêvions d’être à 18 ans.» ( bel article de Thierry Dague, Le Parisien.fr ) Sur le site de l’Ina.fr, visionner les Portraits de Laurent Terzieff.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *