L’opéra « Freischütz » de Carl Maria von Weber en direct sur Arte le 1er juin

Programmation spéciale sur ARTE&nbsp du samedi 30 mai au lundi 1er juin 2009 :

    • Samedi 30 mai à  22h30

Metropolis avec un sujet sur Viktor & Rolf, créateurs des costumes du «Freischütz»

  • Dimanche 31 mai à  19h00 & 20h05

 

Thomas Hengelbrock dirige Mozart et Schumann.

  • Lundi 1er juin à  19h00 & 20h50 (de 18h30 à  22h30 en CONTINU):

 

Carl Maria von Weber : « Der Freischà¼tz » (live et en ligne) Dispositif exceptionnel: Plusieurs caméras fixes : Retransmission en direct du spectacle, regard en coulisses…


(d’aprês le programme de ARTE)Le Freischütz opéra en direct – L’événement de la saison musicale : l’opéra romantique de Weber dirigé par Thomas Hengelbrock et monté par le magicien de la scène Bob Wilson, en direct de Baden-Baden sur ARTE et www.arte.tv le lundi 1er juin à 19h00 ! La distribution
L’adaptation par Robert Wilson de l’opéra de Weber Le Franc-tireur est un des points d’orgue de la saison musicale. Un événement très attendu : comment cet Américain à l’imagination débordante dépeindra-t-il l’enfer de la Gorge-aux-Loups ? Le mystère reste entier. Ce n’est pas la première fois que Wilson met en scène Le Franc-tireur, puisqu’il a déjà signé une comédie musicale adaptée de cet opéra, The Black Rider. Sa spécialité ? Un éclairage minutieusement orchestré et des tableaux fantaisistes dans lesquels les personnages évoluent tout en retenue.

Le site du Festspielhaus de Baden-Baden
Le couple formé par Max et Agathe se trouve au cœur de l’histoire. Max, jeune chasseur, est poursuivi par la malchance : pour gagner la main d’Agathe et ainsi hériter du poste de garde forestier occupé par le père de sa bien-aimée, il doit sortir vainqueur d’un concours de tir. Hélas, depuis des semaines, il est incapable de ramener quelque gibier que ce soit. Max, désespéré, se laisse influencer par Kaspar, un camarade mal intentionné qui a vendu son âme au diabolique Samiel ; il lui propose sept « balles magiques » qui ne ratent jamais leur cible, si elles sont fondues à minuit dans la Gorge-aux-Loups. Cependant, Samiel et Kaspar ont ensorcelé la septième balle pour qu’elle n’obéisse pas à Max. Mais le bien triomphe : grâce à un ermite salvateur, la dernière balle touche Kaspar et Max peut épouser sa promise dans l’année.

Robert Wilson réussit un chef d’œuvre avec le concours du Mahler Chamber Orchestra, dirigé par Thomas Hengelbrock, qui joue sur des instruments d’époque, et accompagné par de talentueux vocalistes, dont Juliane Banse, qui incarne Agathe. Le cor de chasse tient le rôle principal dans l’orchestre, et les extraits les plus connus restent le Chœur des Chasseurs et la scène de la Gorge-aux-Loups, mais aussi l’air mélancolique de Max « Durch die Wälder, durch die Auen » et celui plus intimiste d’Agathe « Leise, leise ». (d’aprês le programme de ARTE)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.