Grandes Orgues, thème et variations sur Culturebox

Vous aimez l’orgue ? Voici un bouquet de vidéos plus étonnantes les unes que les autres:

Quand les dinosaures envahissent la ville, à  Toulouse, un maître de l’improvisation, Wolfgang Seifen déchaîne aussitôt les grandes orgues de Saint-Sernin . Savourez cette rencontre autour du film « un monde perdu » inspiré du roman de science fiction d’ Arthur Conan Doyle . Découvrez Festival Zoom arrière : Le monde perdu à Saint-Sernin sur Culturebox ! Toujours à  la cathédrale Saint–Sernin, on entend cette fois du «Jazz dans les tuyaux» , c’est Rhoda Scott, l’organiste aux pieds nus, qui fait danser les prestigieux claviers. Ecoutez aussi Lucienne Antonini à  Avignon rendant hommage à  Olivier Messiaen, Hadrien Jourdan à  Landevellec interprétant des danses baroques, puis la grande organiste Marie-Claire Alain, soliste mondialement connue (qui a donné plus de 3000 concerts) interprétant ici des danses du XVII e siêcle au grand Orgue de la cathédrale de Monaco. Ne manquez pas l’envoûtante « musique au bord de l’eau » interprétée par …l’Orgue à  feu de Michel Moglia. Orgue sur Culture box Bonne visite !

5 réflexions au sujet de « Grandes Orgues, thème et variations sur Culturebox »

  1. Wolfgang Seifen improvise comme si il etait a la messe, maniere ultra wagnerienne qui est cense creer du lyrisme a coup de gros accords. J’aurais vu (fait) qqch de radicalement different, mais difficile de sortir des sentiers battus.

  2. Wolfgang Seifen s’est peut être retrouvé en terrain connu, tout simplement, les dinosaures , fréquentant habituellement nefs de cathédrales et concert d’orgue, pourquoi aurait-il changé de style ?

    Plus sérieusement, Gersch. ce style te rappelle Wagner ? et il y aurait trop d’accords ? …peut-être bien, mais le fait d’utiliser la puissance de l’orgue sur de telles images, c’est compréhensible, D’ailleurs , ici, ce ne sont que des extraits, nous n’avons pas l’intégralité de l’improvisation.

    Comment aurais-tu procédé Gersch ?
    J’aurai bien aimé entendre Thierry Escaich dans cet exercice là 

  3. wagnerien ne veut pas dire wagner.
    C’est le fait de faire croire que le beau c’est ce qui est impressionnant. En gros plus ca fait de bruit, plus c’est gibantesque, mieux c’est. On retrouve ca chez williams par exemple

    Ca manque de finesse comme chez morricone voila tout.

  4. D’accord avec toi Gersch, C’est vrai qu’on aurait envie d’entendre de temps à  autre les jeux plus individuellement, ceux de détails, notamment sur le clavier récit ( boù®te fermée)
    ou une registration plus contrastée…
    utiliser la variété des jeux, oser d’autres harmonies…( mais encore une fois ce ne sont ici que des extraits)

    Quant à  la finesse en musique, elle est toujours bienvenue même quand il s’agit d’accompagner des brontosaures.

    Faire croire que " le beau c’est ce qui est impressionnant" …
    Il y a du vrai dans cette réflexion : la beauté impressionnera toujours…
    (la laideur aussi.) Pour moi l’impressionnant tient plus à  la seule démesure…

    De quel Williams parles – tu ?

  5. une des references en matiere de finesse restera la musique de il etait une fois dans l’ouest de morricone, ou comment donner la chaleur/fraicheur d’une voix feminine (chom, chom, chom) au milieu d’une scene brutale de guerre.
    Je parle de John W, ou la musique du marteau ;), ca n’enleve rien a son genie d’orchestration et de certains de ses themes, mais on a l’impression qu’ils (les themes) meriteraient mieux

    PS: wow les captcha deviennent de plus en plus dur ("dans quelle ville se trouve la tour de Pise ?"). Bientot faudra s’equiper d’un dico

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *