Intercontemporain, 28 avril 09 : Xenakis et Georges Aperghis

Arthur Hâas nous offre un compte-rendu détaillé de ce concert à la Cité de la Musique, avec notamment une création d’Aperghis. Pour ma part, je devais y aller mais j’étais vraiment fatigué… et puis il fallait que j’échange mon billet à l’accueil parce qu’avec leur salle modulable, les places parfois disparaissent… donc ça m’a agacé et je suis rentré chez moi. Je le regrette, à la lecture de ce qui suit !

%%%
Alors, me voilà donc le mardi 28 avril à la salle des concerts de la Cité de la Musique, pour un __[concert de l’Ensemble Intercontemporain|http://www.cite-musique.fr/francais/evenement.aspx?id=5465|fr]__ ([détails ici|http://www.cite-musique.fr/pdf/note_programme/np_5465.pdf|fr])
A la baguette, __[Ludovic Morlot|http://sites.radiofrance.fr/francemusique/bio/fiche.php?numero=205180649|fr]__.

Au programme :
* Iannis Xenakis : Phlegra, pour onze musiciens
* Georges Aperghis : Pièce pour douze, pour ensemble
* Iannis Xenakis : Rebonds, pour percussion seule
* Georges Aperghis : Heysel, pour ensemble
* Georges Aperghis : Happiness Daily, pour soprano, mezzo-soprano et ensemble (commande de l’Ensemble intercontemporain, création)

Le concert a été enregistré, et sera diffusé sur __France Musique le 11/05/09 à 20h00__.
[Voir les détails ici|http://sites.radiofrance.fr/francemusique/prog/diff/index.php?m=5|fr].

Un très beau concert, comme à chaque fois que j’ai vu cet ensemble se produire :

__ »Phlegra », pour 11 musiciens (Iannis Xenakis)__

Beaucoup de cordes  »très » grincées, tout le long de la pièce. Beaucoup de glissandi également, aussi bien aux cordes qu’aux vents d’ailleurs. Les cuivres sont bouchés.
La forme au moins au début est basée sur des moments sereins (notamment des intervalles de secondes, aux vents), avec crescendo en rythme et force (vers un très grand tumulte), puis retour au calme, und so weiter.
Puis un moment très curieux (encore que je ne sois pas bien capable d’expliquer en quoi, mais il est en rupture), très doux, suivi d’un accelerando échevelé.
Puis un passage pendant lequel chaque vent joue une note, répétée selon des rythmes différents, qui s’agglomèrent en une espèce de morse stochastique.
Puis les cordes seules, traitées toujours en grincements.
A ce propos, la partition de violoncelle semble totalement éreintante (pour l’interprète); rafales de glissandi, déluges de démanchés, tonnerres de trémolos furieux…

((http://www.iannis-xenakis.org/images/photos/portraitS.jpg))

Difficile d’aller plus loin dans l’analyse après une première écoute (fascinée), que ceux qui écouteront le concert sur France Musique me donnent leur avis !
On pourra aussi [écouter un extrait ici|http://www.linternaute.com/musique/albums/artiste/iannis-xenakis/15465/xenakis-phlegra-jalons-keren-nomos-alpha-thallein-naama-a-l-ile-de-goree-khoai-komboi/151278/|fr].

A noter que la disposition sur scène était, de gauche à droite : Flûte, Violon, Cor en fa, Contrebasse, Hautbois, Alto, Trombone(s), Clarinette(s), Violoncelle, Trompette en ut, Basson.
Il y a une alternance vent / corde / vent / corde… qui donne une très jolie scénographie lorsque les groupes jouent séparément. Volonté de l’auteur ou choix de l’Intercontemporain ? Il semble en tout cas que cet ensemble travaille particulièrement ses mises en scène.

__ »Pièce pour douze », pour ensemble (Georges Aperghis)__

Un instrumentarium principalement composé d’instruments graves ou très graves. A mon dernier concert j’avais découvert le contrebasson, là j’ai vu une magnifique clarinette contrebasse (en métal !) :

((http://1.bp.blogspot.com/_2M-M7MU2BWw/SS1A7udr4EI/AAAAAAAAAFw/4KVPeXRhxHk/s400/LEBLANCcobtrebasse.jpg))

La pièce utilise intensément les multiphoniques, certains sont trillés (?). Effets splendides au basson notamment.
Le piano est beaucoup utilisé en percussion, avec martèlements de clusters répétitifs.
L’ambiance est très tumultueuse.
Survient une longue cadence interprétée par les deux cors. Très virtuose, utilisation des (dé)bouchés, de « glissandi » obtenus par ce biais et par la pression lèvre/souffle, le tout très virevoltant. Ca m’a fait un peu penser au traitement du trombone par Dusapin dans son concerto pour trombone et orchestre. Les cors sont disposés de chaque côté de la scène, ce qui donne évidemment un effet stéréophonique du plus bel effet. Un  »grand » moment vraiment.
Un unisson des vents pour calmer tout ça, suivi d’une intervention de la contrebasse jouée très aigu.
Quelques alternances p / ff pour finir. Les passages ff notamment m’ont fait penser à Messiaen, avec leurs rythmes très complexes.

__ »Rebonds », pour percussion (Iannis Xenakis)__

Un seul percussionniste. Une batterie composée de peaux uniquement (j’en ai compté 5), de la grosse caisse jusqu’à la caisse claire ou quelque chose comme ça.
L’œuvre commence par un rythme simple et lent (pim-pam-pam), mais ça ne dure pas longtemps rassurez-vous… très vite ça va très vite. Enfin je veux dire que rapidement ça devient très rapide. Bon vous m’avez compris. Ha oui, c’est très fort aussi. A l’oreille, on joue de ff à ffff.
Après un ralentissement très net, le son s’adoucit un peu (changement d’une baguette notamment), puis le tempo revient à quelques coups très espacés, puis…

… puis le percussionniste traverse la scène, et rejoint une seconde batterie, assez semblable à la première, mais avec ajout notable de bongos et de woodblocks. Ces derniers sont joués séparément au début, sur des rythmes plus rapides, qui préfigurent la fin de l’œuvre, ou tout est très (rapide, fort, syncopé, sur toutes percus). J’ai cru voir Keith Moon aux meilleures époques des Who.

La performance physique est en tout cas remarquable, et l’applaudimètre a grimpé d’un cran (il faut dire que nous étions tous un peu assourdis 😉

On peut voir et entendre Rebonds à : [http://www.youtube.com/watch?v=08UD_Xy3kTk|http://www.youtube.com/watch?v=08UD_Xy3kTk|fr] (dans cette interprétation, la partie « B » est jouée avant la « A », il faut donc relire mon commentaire à l’envers !).

__ »Heysel », pour ensemble (Georges Aperghis)__

L’œuvre est courte (app. 5 minutes), et a été écrite à l’origine pour un spectacle de danse.
On note une espèce d’ostinato rythmique aux vibraphones, autour duquel s’enroulent des arabesques de vents + cordes.
On a l’impression forte de plusieurs plans sonores superposés (le fait que les cordes soient au devant de la scène, avec les vents derrière et les percussions au fond, y est peut-être pour quelque chose).

L’ensemble est moins stupéfiant que les pièces précédentes.

__ »Happiness Daily », pour soprano, mezzo-soprano et ensemble instrumental (Georges Aperghis)__

La dernière pièce du concert, en création mondiale.
Une bonne demi-heure de… fo-lie.
D’ailleurs ça n’est pas moi qui le dis, mais l’auteur lui-même :
 » »La pièce pourrait donc aussi s’intituler, non pas le « bonheur quotidien », mais la « folie quotidienne » » (…) « Il faudrait que les gens soient aux aguets pour savoir ce qui se passe pendant cette demi-heure de folie. Qu’ils soient sur le qui-vive, exactement comme lorsqu’on est dans la rue, quand on ne comprend pas bien ce que les gens disent, et pourquoi ils le disent. À partir de là, on peut se construire tout un programme ! » »

((http://www.ircam.fr/uploads/RTEmagicC_aperghis_12.jpg.jpg))

Et effectivement, on est aux aguets, les spectateurs à demi penchés en avant, essayant de capter ce qui se dit (au sens verbal, musical, scénique) dans cet univers-là.
Les textes sont chantés, lus, soufflés, respirés, ahanés, ris… les débits sont tellement rapides par moment (et enchevêtrès entre les deux cantatrices), qu’on pense à un montage sonore électronique ou sur bandes. Pour amplifier cette impression, les vents font une texture en arrière plan qui au moins au début m’ont fait penser à un chœur de femmes. De leur côté, les cordes interviennent à grands assauts de sons grinçants, bourrés d’harmoniques aigües, qui font penser à une bande magnétique passée en accéléré. Sidérant.

Les textes en eux-mêmes n’ont pas de signification « profonde », et il n’y a pas de scénario à proprement parler. Pourtant on reste là, à guetter, à tenter de comprendre, à attendre une rupture peut-être (qui n’arrive pas vraiment d’ailleurs), dans un climat d’étrangeté absolue.

L’auteur était présent, et a été longuement ovationné.

__Pour finir__

Ça n’est pas une œuvre mais un commentaire final : étant arrivé très en avance à la Cité de la Musique (pour éviter de rater un concert faute de places de parking, comme précédemment…), j’ai pu passer une heure au musée de la Musique ([http://www.cite-musique.fr/francais/musee/presentation.aspx|http://www.cite-musique.fr/francais/musee/presentation.aspx|fr]). Très intéressant, même si je n’ai hélas pas eu le temps de voir toutes les salles (c’est sur plusieurs étages). Moi qui aime les curiosités, j’ai pu voir un clavier « cassé » (pliable), une guitare-lyre à trois manches, de toute beauté, une flûte à bec contrebasse (un monstre digne du contrebasson), des cuivres multi-tonaux avec une tuyauterie invraisemblable, destinée à jouer dans la tonalité de son choix, en accordant son instrument via un piston qui fait passer l’air dans un tuyau plutôt que dans l’autre…
Et c’est moins cher pour les abonnées à la Cité de la Musique !

__P.S.__

Ou « pour finir bis ». Je ne peux jamais m’en empêcher. Le cheese-burger du Café de la Musique, en face de la Cité de la Musique, est excellent.


Arthur%%%

2 réflexions au sujet de « Intercontemporain, 28 avril 09 : Xenakis et Georges Aperghis »

  1. Voilà un compte rendu qui donne envie de s’abonner aux concerts de musique contemporaine et d’entendre au moins cette rediffusion le 11 mai à 20 h sur France Musique
    " Rebonds " de Xenakis est maintenant un classique du répertoire, mais
    la description faite par Arthur de Happiness Daily, rend compte de l’univers
    du compositeur. (Aperghis)

    un univers fascinant à (re) découvrir en partie sur son site :

    http://www.aperghis.com/

  2. Grand merci à Arthur Haas pour ce compte rendu aussi savant que vivant. Il nous fait effectivement regretter de ne pouvoir fréquenter plus assidument la Cité de la musique et l’Ensemble Intercontemporain.
    (Et merci à JAM pour la mise en page!)

    Il me reste à approfondir ma connaissance du compositeur aperghien (adjectif qualificatif de Aperghis, prénommé Georges) dont le site est aussi édifiant sur son auteur et ses amis que passionnant et plein d’humour. 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *