Son nom est Zygel…

C’est ainsi que se présente Jean-François Zygel dans son magasine musical « La boite à  musiques » tous les vendredis soirs sur France 2 à  23H10. Comme si on ne le (re)connaissait pas… 😉
Mazurka nous a livré sa chronique de la premiêre boite à  musiques de l’été 2008 consacrée à  la musique de film. Je les ai regardé toutes, sauf la deuxiême consacrée à  La musique française.
Dommage pour moi, l’un des invités était Xavier Darcos, dont on connait les mérites au piano et à  l’orgue (voir l’interview de JFZ sur cette émission, ).
Heureusement, quand on manque quelque chose à  la télé, il reste Dailymotion : 🙂

Donc, de toutes les Boites à  musique vues cet été(*), mes préférences vont à  la musique de film (la meilleure) mais aussi à  celle traitant, la semaine derniêre de musique romantique, et enfin à  celle d’hier soir, la sensualité en musique (thême de saison? Thême (trans)porteur en tout cas !). Prenons un peu de recul : Qu’est-ce qui fait l’intérêt de ces émissions? Le choix des invités, d’abord.
Stéphane Bern, Philippe Besson, et surtout Julie Depardieu avaient des choses à  dire sur la musique romantique, d’abord parce qu’ils avaient tous trois une grande culture musicale, notamment Julie(au fait, quand JFZ invitera t-il son violoniste de compagnon, Laurent Korcia?).
Hier soir, c’était Yann Queffélec (qui retrouvait sa soeur sur le plateau) avec Jean-Luc Petitrenaud et Vincent Delerme, chanteur et pianiste; mais il n’a guêre brillé par son savoir. Car avec ces invités, le quizz rituel est intéressant ou… mortel ! Personnellement, je reconnais en général tous les extraits proposés (je les fredonne), mais deux fois sur trois je suis incapable de donner le nom du compositeur et encore moins le nom de l’œuvre. Il faut un ego solide pour monter sur ce plateau ! L’émission vaut aussi pour les interprêtes.JFZ invite volontiers ses collêgues du CNSM, comme François Salgue (violoncelle) ou Xavier Phillips; ou Hervé Joulain (corniste) mais aussi d’anciens lauréats des Victoires de la musique classique (comme lui), tels Anne Queffélec, (deux fois de suite ! l’émission a du être enregistrée le même jour), Fanny Clamajirand (violon), les quatuor Modigliani ou Artemis, sa copine Nora GUBISCH, soprano, ou hier soir encore Romain Guyot (clarinette).
Du beau monde que cette bande à  Zygel !
Sans oublier son copain de conservatoire Antoine Hervé, pianiste de jazz qui nous interprétait hier soir une Panthêre rose de charme avec son quintet composé de François et Louis Moutin (contrebasse et batteur) et du saxophoniste Laurent Dehors. On aurait cru entendre le fameux quartet de Dave Brubeck avec Paul Desmond au saxophone tenor, un saxo tellement doux et sensuel… Les œuvres sont là  aussi pour nous faire apprécier l’émission, heureusement.Ou plutôt des extraits musicaux, sauf quand les interprêtes sont particuliêrement prestigieux comme Anne Queffelec qui hier soir nous a livré l’intégrale du Rocher dans l’eau de Debussy et la 5e gnossienne de Satie, maisaprês des extraits de Bach, des Barricades mystérieuse de Couperin (« Il s’agit de lingerie féminine », nous dit Anne Quéffélec !) ou des Jeux d’eau de la villa d’Este de Liszt.
Tout cela venait aprês des exercices de vocalises de la soprano « muette », Julie Fuchs (muette le temps de ces vocalises, bien sà»r!) d’abord sur la 5e bachnane (?) de Villas-Lobos, L’invitation au voyage de Duparc ou la célêbre Vocalise de Rachmaninov (rappelez-vous : quelle publicité déjà ?) (**). On eut droit à  un exercice intéressant avec cette vocalise, comme seul JFZ est capable de nous en inventer : quel est l’instrument le plus sensuel dans l’interprétation de cette vocalise, le violoncelle, la voix humaine (sopranissime Julie!) ou la clarinette (de Romain Guyot), jouées tour à  tour? Pour moi, pas l’ombre d’une hésitation, c’est le violoncelle de François Salque qui l’a emporté ! Et puis il reste un ingrédient, l’humour.
Tout le monde sait que Zygel n’en est pas dépourvu. Tout le monde ne sait pas (sauf ses auditeurs des Leçons de musique du XXe à  Paris) qu’il est três souvent en retard.
Hier soir, il a réussi à  nous faire la démonstration que la sensualité en musique, c’est aussi le retard. Et de conclure l’émission sur cette recommandation :
« Soyez sensuels, soyez en retard ! » 😀
________ (*) Voici la liste de ces émissions avec leurs thêmes :
• Musique et cinéma
• La musique française
• Les classiques
• Les modernes
• Les romantiques
• La sensualité
• L’improvisation
• Les Russes
Pour l’été 2009, les bruits courent que le professeur Solfêge s’intéresserait aux pays… (Dixit Wikipedia) (**) On peut comparer aussi sur Youtube.

4 réflexions au sujet de « Son nom est Zygel… »

  1. "on peut enfin dire qu’on joue de la clarinette sans passer pour un ringard"
    C’est amusant, ça! Je n’aurais jamais pensé qu’un clarinettiste puisse passer pour un ringard ! :-/
    La minute du professeur solfège sur son piano… ringard est assez drôle en effet. La dernière était consacrée au retard, je ne me rappelle plus le sujet de la précédente; dommage car il s’agissait d’une notion inconnue pour moi. Quelqu’un s’en souviendrait?

  2. Je ne crois pas qu’il y ait chaque fois une « minute du professeur solfège » prévue dans la série
    Boù®te à  musique, cette séquence n’alterne –t-elle pas parfois avec celle de « l’instrument rare » ?
    En tout cas, pour le reste, je me souviens que JFZ a parlé de la « Basse d’Alberti », de « l’anacrouse », et du « rubato. » ( temps volé)
    Il a juste évoqué aussi la « résonance » ( caractéristique de l’impressionnisme en musique, comme la décomposition de la lumière en peinture) mais sans l’inclure dans une minute spéciale du prof Solfège, dommage d’ailleurs car le sujet était plutôt intéressant.

    …des boù®tes à  musique 2008 de Jean-François Zygel :

    [-C’est vrai l’intitulé du générique serait peut-être à  "réharmoniser", et à  "réactualiser", tout le monde connaît maintenant le prénom et le nom du maestro…Entendre pour la troisième année, "son nom est Zygel", …"une fois de plus cet homme relève le défi"…fait sourire un peu.On pourrait garder la musique du générique en changeant juste le texte…bref ! ]

    si chacune des émissions demande à  JFZ une à  deux centaines d’heures de préparation, il y en a de plus réussies que d’autres, pour l’instant je trouve que « musique et cinéma », « les modernes » et « la musique française » ont été des plus abouties. Chaque émission est écrite et interprétée comme une vraie partition musicale par Jean-François Zygel et par tous les professionnels qui l’entourent, mais quelquefois des éléments semblent échapper au maestro

    Autant la spontanéité des invités candides, enjoués, mélomanes et souvent cultivés, est bienvenue, autant les interventions convenues et un peu longuettes de certains, ralentissent le rythme de la Boù®te magiqueHeureusement l’humour de JFZ et la présence tonique d’Antoine Hervé, rattrapent le tout !
    (Antoine Hervé qu’on devrait entendre encore plus souvent, il a été brillant dans les "modernes")
    L’intervention pianistique de Xavier Darcos a été très touchante de simplicité , il a choisi d"improviser en mi bémol majeur , un ton romantique s’il en est…et a plutôt bien joué, mais c’est aussi sa grande culture musicale que l’on aura appréciée, peu de mélomanes auraient reconnu,comme lui Poulenc, Franck ou Ravel …
    Toutes émissions confondues, je dirais que la présence d’Hélène Segara, d’Azouz Begag, ou encore de Daniel Picouly, et du musicien Stanislas ont été des plus appréciables.
    Si JFZ invite aussi de très grands interprètes , qui nous captivent, on s’aperçoit bien du talent incroyable du maestro, lisant et interprétant n’importe quel répertoire à  « tour de bras » et toujours avec sensibilité !

    Voici une des séquences de l’émission « musique française » , elle nous révèle le talent d’un poète et troubadour, Stanislas, ( il est aussi chef d’orchestre) mais aussi celui des excellents musiciens qui l’entourent, écoutez en seconde partie ce que devient la première mélodie jouée par des musiciens complices :
    http://www.dailymotion.com/relev...

    Enfin, si vous pensez que la musique classique : « c’est triste, trop long et bien trop ennuyeux », vite, prenez le temps d’écouter cette « fête de la musique 2008 » au Chà¢telet, série les clefs de l’orchestrevous ne le regretterez pas ( France 2 la diffuse jusqu’au 30 septembre 2008) ici : video-direct.france2.fr/c…

  3. Vendredi passé (22 août), la minute du professeur solfège était sur la pédale (note répétée) et l’instrument rare était la vielle à  roue.
    Je crois qu’il y a une minute solfège et un instrument rare à  chaque épisode.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.