Compositeurs, mettez vos musiques confidentielles sur la place publique !

(shlublu – Vincent Poulain – veut nous faire partager son enthousiasme pour les nouvelles plateformes musicales qui, telle LastFM permettent de générer du "buzz" pour nos musiques classiques de compositeurs contemporains.)
Depuis que je m’intéresse à  la musique dite "sérieuse", je n’ai jamais cessé de m’étonner et de déplorer l’apparent vide actuel la concernant.
Tout donne l’impression que le "classique est mort" et que seuls le rock, le jazz, les musiques électroniques, la soul et ses dérivés, la pop continuent de vivre. Seuls quelques compositeurs vivants sont diffusés, tels Dusapin. Pourtant, c’est faux : je croise de plus en plus de compositeurs apprentis ou de niveau professionnel, qu’il s’agisse de mes profs, pour certains avancés dans leur carriêre, d’autres étudiants au CNSM ou de mes "camarades de classe" en cours du soir, certains étant autrement plus avancés que je ne le suis. Et depuis peu, une partie de la population de Musique Harmonie.
Je ne crois pas être le seul curieux à  regretter ce manque de diffusion, non pas de mon propre travail – je n’en suis pas encore là , avec un peu de chance et beaucoup de café j’y parviendrai peut-être – mais du travail d’autres compositeurs. Pour avoir la chance de découvrir toute cette création écrite, parfois jouée, mais malheureusement pas du tout diffusée. Pour savoir comment se porte le classique contemporain, connaître "la derniêre œuvre d’Untel" comme mon voisin de palier peut le faire avec le dernier groupe qu’il apprécie, dont la notoriété est pourtant confidentielle bien que planétaire – en l’occurrence un petit groupe américain nommé Neptune, seulement connu de quelques fans au travers le monde.

J’imagine qu’il en est de même du côté des compositeurs qui écrivent de façon suffisamment avancée pour être écoutés. Des discussions que j’ai eues avec plusieurs d’entre vous m’ont montré à  quel point les moyens de diffusion efficaces actuels sont méconnus. C’est ce qui m’a décidé à  écrire ce post.
Vous tous utilisez des plateformes telles Soundclick, ou encore votre propre site internet pour vous diffuser. Cela permet effectivement de rendre la chose publique; mais cette publicité n’est finalement réservée qu’à  ceux qui vous connaissent déjà . "Je viens sur un espace membres, le lis un nouveau sujet faisant état d’une nouvelle œuvre, je suis le lien et atterris chez vous". Ou encore, "nous nous croisons, nous discutons, je note une URL et vais voir ce qui s’y passe" – c’est ainsi que j’ai découvert ce matin Laurent Juillet grà¢ce à  Jean-Louis.
Mais presque personne d’autre que ceux directement sollicités ne viendront. Simplement parce que le curieux ne peut pas tous les jours faire le tour de tous les sites individuels, c’est trop fastidieux, trop long, et surtout, limité au périmêtre déjà  connu. Et pour le curieux, être limité au périmêtre déjà  connu, c’est três frustrant.
Il existe pourtant des plateformes efficaces pour se faire connaître et diffuser gratuitement sa musique sur internet. Deux sont connues. L’une d’entre elle se nomme Last.fm, l’autre se nomme MySpace.  MySpace a le même défaut que Soundclik: on connait la page d’Untel, on a aucune vue sur celle d’UnAutreTel qui pourtant nous intéresserait autant, voire plus. MySpace a le deuxiême défaut d’être de mentalité terriblement éloignée de ce qui nous intéresse sur Musique Harmonie.
Par contre, Last.fm peut rendre de réels services et se révéler complémentaire de Musique Harmonie. Ce service s’adresse aux auditeurs curieux, qui par analogie musicale souhaitent découvrir d’autres compositeurs qu’ils ne connaissent pas encore mais qui sont écoutés par des gens ayant les mêmes goûts qu’eux. Le systême procêde pour ce faire à  une analyse des écoutes faites par les utilisateurs pour déterminer ces analogies et faire des suggestions. Les écoutes faites en ligne sont ainsi comptabilisées par le site, tandis qu’est proposé l’installation d’un outil complémentaire, l’AudioScrobbler, lequel permet d’effectuer ces mesures sur les mp3 que vous possédez et que vous jouez en dehors du site. Ceci est un plus sans être un obligation.
Prenons un exemple: si, comme moi, vous écoutez beaucoup de Prokofiev, de Schumann, de Chostakovitch, que ce soit en ligne sur le site ou bien sur votre PC une fois installé l’AudioScrobbler, il y a des chances pour que votre profil soit analysé par Last.Fm comme étant compatible avec le mien (http://www.lastfm.fr/user/Shlublu/). Du coup il vous sera suggéré d’écouter Gagik Hovounts, car je l’écoute beaucoup. John Sernee vous sera certainement suggéré aussi, car je l’écoute de plus en plus. Et ce que vous écoutez et que je ne connais pas encore me sera suggéré. C’est en celà  que nous y gagnons tous les deux.
Enfin, toujours sur cet exemple, plus nombreux seront les gens écoutant Prokofiev, Chosta, Schumann mais aussi Hovounts, plus ces derniers se verront assimilés, et plus cela contribuera à  rendre pertinentes les recommandations du systême. Dernier point três intéressant, le systême donne plus de poids aux artistes les moins connus, pour éviter que tout le monde ne se voit suggèrer que des œuvres de notoriété publique. C’est là  où¹ c’est três intéressant.
Pour le curieux, c’est donc parfait. Pour celui qui se diffuse aussi, car le choix du systême de gestion des droits est complêtement laissé au choix du compositeur. Ecoute en extraits ou écoute complête, téléchargement gratuit ou non, sont autant d’options possibles. Et malgré tout, les écoutes gratuites mêmes complêtes rétribuent le compositeur car Last.fm est financé par les annonceurs. L’aspect rétribution n’est pas le côté le plus important, mais il est toujours bon de savoir que le site respecte le droit moral (vous êtes libre) et patrimonial (ce qui appartient à  César revient à  César…).
Enfin, j’entends parfois que ce site n’est intéressant que pour le rock ou encore la pop. Ce n’est pas le cas, regardez mon profil: http://www.lastfm.fr/user/Shlublu/ ou encore celui-ci : http://www.lastfm.fr/user/Grosseteste/ . Enfin, regardez mes "voisins" en bas de ma page – il s’agit des utilisateurs dont Last.fm a estimé le profil d’écoutes compatible avec le mien. Par contre ne tenez pas compte de mes "amis" car mes "amis" et moi avons des goûts três différents. Evidemment, sur le nombre total de titres en écoute, le classique demeure inférieur en nombre. Mais ça ne signifie en aucune façon que le systême ne puisse pas rendre ses services à  la musique classique!
Voilà , c’est un fort long post, mais que j’espêre utile.
N’hésitez pas à  me contacter !
Vincent

7 réflexions au sujet de « Compositeurs, mettez vos musiques confidentielles sur la place publique ! »

  1. Bravo Vincent pour ce billet très intéressant et destiné aux compositeurs soucieux de se faire entendre, connaître et jouer"en vrai"

    Pour un musicien , le fait de pouvoir se faire "analyser" et établir un profil musical par last.fm , et intéressant mais m’intrigue aussi , car établir un profil à  partir d’un répertoire donné de pièces musicales que l’on écoute ( donc supposées appréciées ? ) n’est-ce pas aussi estimer avec une bien grande marge d’erreur ?…Certes aucune méthode n’est infaillible, mais quels sont en amont les critères d’analyse pour définir ces profils ?
    N’y a t-il pas un risque de regrouper les mélomanes par catégorie ?
    et donc de les cloisonner ?…
    La musique se classe t-elle vraiment en "style" au bout du compte ?
    Parmi les musiciens j’ai toujours privilégié ceux qui avaient les goûts éclectiques…( et je n’ai pas dit "mauvais goût " !…)

    Enfin est-il vraiment nécessaire de se faire connaître par le plus
    grand nombre ?…

    En tous cas tu poses bien le problème de la diffusion et de la réception de la musique contemporaine quelle quelle soit !

    Mazurka

  2. Bonsoir Mazurka,

    Merci pour ton retour !

    Effectivement, aucune méthode d’analyse n’est infaillible, et il existe effectivement une marge d’erreur. Le procédé utilisé par Last.fm peut se résumer ainsi (ce n’est pas l’algorithme officiel mais seulement une façon de le comprendre):
    – chaque artiste écouté par un utilisateur de last.fm se voit associé un score correspondant à  son importance quantitative au regard des autres artistes écoutés par ce même utilisateur. Exemple (sur mon profil): Prokofiev: 638 écoutes/6831 écoutes totalisées. Gabriel Fauré : 250/6831.
    – moins un artiste est connu (moins son nombre d’écoutes est important), plus il est intéressant à  suggérer. Il est donc prioritaire sur un autre artiste de même score.
    – prenons un autre utilisateur nommé Mazurka et qui écoute majoritairement Prokofiev. Le moteur de Last.Fm compare ceci avec les autres profils l’écoutant également. Il tombe donc sur Shlublu et d’autres utilisateurs. Tous les scores des artistes issus de ces profils utilisateurs "compatibles" sont utilisés pour constituer une liste de suggestions, triée par score, et à  égalité de score par non-notoriété (cf. point précédent). Les premières entrées de cette liste sont suggérées à  Mazurka.
    – s’il n’y avait que Mazurka et Shlublu sur last.fm, mazurka se verrait donc suggérée Schumann, Bach, Borodine et Beethoven (ils sont tous connus mais je n’ai pas d’artistes moins connus à  égalité de score). Sauf si Mazurka les écoute déjà  tous, auquel cas ce sont les suivants : Chosta, Fauré, Rachamaninov et Gagik Hovounts qui lui seront suggérés. Etc. On peut considérer les suggestions comme étant les premiers artistes de la liste constituée à  partir des profils compatibles et non déjà  écoutés par le receveur de la suggestion.

    Donc: oui, il y a une forme de cloisonnement, puisque la proximité entre deux artistes est calculée par rapprochement de valeurs quantitatives. Tu écoutes A et B "donc" A est proche de B. Comme ces rapprochements ne sont pas faits sur un mais sur des dizaines de milleirs d’utilisateurs, la statistique a pour effet de rendre les artistes les plus connus proches d’un plus grand nombre d’autres artistes. Il y a tout de même un seuil de détermination de "proximité", et c’est ce seuil qui fait que par exemple, John Sernee (http://www.lastfm.fr/music/John+... n’est pour le moment considéré comme similaire à  personne (mais ça va venir assez vite).

    Enfin, si tout le monde avait des goûts tout à  fait éclectiques (mettons rock+rap+classique+baroque+jazz+contemporain+techno+renaissance+pop), le système serait complètement perdu, car tout un chacun se verrait en théorie suggéré l’intégralité du répertoire connu par Last.fm, donc n’importe quoi. EN même temps, ce serait cohérant puisque dans cette hypothèse chacun est éclectique.

    Malgré tout, c’est là  où¹ bien que je partage ton avis quant à  l’eclectisme je trouve que la catégorisation (celle qui est statistique, et pas celle artificielle déterminée par le choix d’un DA) à  tout de même un intérêt : celui de cerner des éléments significatifs. Mais ils peuvent être inattendus: comme personne ne vient catégoriser les artistes comme on peut le voir à  la FNAC ou chez Virgin, on a que des associations intéressantes au final, car reflétant les "autres écoutes majoritaires". C’est une catégorisation naturelle, par association de quantité – des nombres de titres en l’occurence.

    Une limite au système existe néanmoins. On la voit facilement par un exemple: mon exemplaire de Ivan le Terrible de Prokofiev est découpé en 54 titres. Donc je l’écoute une fois, et Prokofiev se voit ajouté 54 entrées pour une grosse heure de musique écoutée. Mon exemplaire du Requiem de Mozart est constitué d’un seul titre: tout le requiem d’un bloc car c’est un live. Et idem pour mon exemplaire de la Symphonie du Nouveau Monde de Dvorjak. Conséquence: lorsque j’écoute l’un ou l’autre, Mozart ou Dvorjak ne se voient associées qu’une seule écoute… pour une heure d’écoute également, pourtant. Last. fm a déclaré travailler sur ce point car c’est embêtant. C’est du à  son historique: autant ce modèle est valable en pop (modèle 3 à  7 minutes par titre) autant il n’est pas valable en classique (Couperin a fait des œuvres de quelques dizaines de secondes. Dans mon cas, chacune de ces œuvres compte autant qu’un Requiem de Mozart en entier et ce seulement du fait de la structure de mon exemplaire de l’œuvre sur CD ou en MP3).
    Il faut dire que Last.fm a démarré sur le rock et la pop.

    Et enfin…
    > Enfin est-il vraiment nécessaire de se faire connaître par le plus
    grand nombre ?…

    Vraiment nécessaire, c’est subjectif. Des gens vivent sans écouter de musqiue du tout. Moi je déprime si je passe deux jours sans musique.

    Par contre, je pense que se donner une chance d’être écouté par un parfait inconnu est intéressant, oui (point de vue prêté à  l’auteur) comme je pense que pouvoir découvrir un inconnu est une réelle chance (point de vue de l’auditeur).
    Dans le cas précis de Last.fm il s’agit juste de permettre à  des gens de se dire "tiens, j’essaierais bien d’écouter ça" ("sur un malentendu ça pourrait marcher" – Michel Blanc, Marche à  l’ombre, Acte II scène IV). C’est aussi que je crois que lorsque que l’on écrit quelque chose d’autre qu’un exercice, qu’un essai, on le fait certes pour soi, mais tout de même dans l’idée d’être écouté.

    En plus de ça, pour que "le plus grand nombre" écoute une œuvre, il faut de bien plus que Last.fm. Il faut une campagne marketing, une production, un carnet d’adresses bien rempli, un matraquage sur radio classique en bonne et due forme, et enfin quelques premières parties au théatre des champs… Et encore, ce n’est pas toujours suffisant. Bref, une toute autre histoire.

    Vincent

  3. Merci Vincent, grà¢ce à  tes explications, l’objectif de last.fm me paraît plus clair et vraiment intéressant, s’il permet d’élargir peu à  peu le répertoire musical de chaque mélomane en lui proposant d’écouter toujours du "nouveau" …Il aiguise forcément sa curiosité tout en faisant connaître les compositeurs d’aujourd’hui.

    Peut-être faudait-il séparer les critères d’analyse " fréquence d’écoute " et "durée des extraits musicaux écoutés" effectivement…
    ou les conjuguer autrement pour établir ces "profils".

    Je me disais aussi qu’un mélomane serait amené à  écouter plusieurs fois une même musique qu’il juge hermétique par exemple, pour mieux la percer et sans pour cela l’apprécier …Le fait de persister dans l’écoute témoigne certainement d’un intérêt esthétique quoiqu’on en dise…(à  moins d’être un peu mazo…)

    Quand je parlais de "la musique contemporaine quelle qu’elle soit", je
    pensais surtout musique composée et interprétée en ce siècle ( le XXI e s ) et en fait , peu importe le style :
    c’est pourquoi l’idée que tu suggères " du système qui s’affole et se perd complètement à  cause des goûts éclectiques" me plaît beaucoup … et comme tu le dis aussi :
    " tout un chacun se verrait en théorie suggéré l’intégralité du répertoire connu par Last.fm, "rock+rap+classique+baroque+jazz+
    contemporain+techno+renaissance+pop"

    Ecouter l’intégralité du répertoire !!! Quel beau projet, même si cela reste utopique…

    "Etre connu du grand nombre " :
    Un compositeur préfère-t-il être apprécié d’un cercle de spécialistes, tous au moins "Prix de Rome" bien-entendu, ou bien alors préfère t-il être applaudi chaleureusement par le "grand public", toutes salles de concert confondues ?

    Les grands moyens de diffusion sont indispensables bien sà»r, mais le "matraquage médiatique", peut créer un instant l’illusion d’une réussite…une illusion parfois amère…
    Je pense que toute bonne musique aura un jour ou l’autre son heure de "gloire". ou tout simplement son heure "d’écoute " !

  4. Je confirme tout à  fait.
    J’ai découvert plusieurs artistes par le biais de LastFM et l’analyse est plutôt pertinente.

    De plus, pour le côté pratique, il existe bon nombre de greffons (plugins) pour la plupart des logiciels de lecture audio, ce qui permet de lire cette nouvelle musique sans changer son lecteur audio favori.
    build.last.fm/category/2

  5. A vrai dire, j’ai déjà  eu l’occasion de discuter avec un certain nombre de compositeurs de la possibilité de créer un site de ce genre spécialement pour nous, les compositeurs qui cherchons à  renouveler les grandes formes symphoniques aujourd’hui.
    Pour l’instant, ce fà»t sans succès, et j’ai monté mon site d’écoute et de vente de ma musique pour mes seules œuvres. Mais j’espère pouvoir l’ouvrir un jour à  d’autres compositeurs. Pour l’instant, je me contente de donner des liens vers leurs sites, lorsqu’ils en ont un.
    L’idée de last FM est bonne, mais pourquoi ne pas faire un site de ce genre "dégagé du rock", musique que j’aime bien, mais que je ne cherche plus à  découvrir aujourd’hui… Il faudrait un site comme celui de Musique et Harmonie, mais qui accepte la commercialisation des enregistrements. Qu’en pensez-vous?

  6. Qu’est-ce que j’en pense?
    => Vouloir commercialiser ses œuvres avant d’être connu, c’est mettre la charrue avant les boeufs.
    Voilà  ce que j’en pense !
    C’est pourquoi j’ai créé le site musiqueharmonie.fr où¹ on peut écouter, partager, donner son avis sans payer… pour s’étalonner et s’améliorer quand c’est possible.

    Et lastfm.fr peut être complémentaire pour se faire connaitre quand on n’est pas le seul à  aimer sa musique. 😉

  7. >L’idée de last FM est bonne, mais pourquoi ne
    >pas faire un site de ce genre "dégagé du rock",
    >musique que j’aime bien, mais que je ne
    >cherche plus à  découvrir aujourd’hui…

    Je vois trois raisons à  ça.

    La première est que faire un tel site est tès difficile, demande beaucoup de travail et de moyens. De temps aussi. En l’occurence, il ya ue équipe complète de personne à  plein temps pour le maintenir. C’est incompatible avec l’activité d’écriture, ce n’et pas le genre de choses que l’on peut faire seul comme ça.

    La seconde est qu’une fois l’outil technique en place, tout n’est pas fait: il lui faut une population de compositeurs pour mettre des msiques à  disposition, et un public pour les écouter. Ca prend du temps de construire une telle population, et ce n’est pas gagné d’avance.

    Enfin, les genres musicaux ne snt reliés que par les gens qui le écoutent. Ca signifie que si tu n’écoutes pas du tout un genre musical donné, et que ton entourage musical non plus, tu ne t’en verras pas suggéré. Par contre, si ton entourage musical en écoute, tu auras efectivement des suggestions. Ca a un sens: celui de ne pas prendre le genre musical en ligne de compte mais seulement l’affinité.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *