Musique contemporaine, deux beaux exemples

Belle musique délicatement ciselée, à  la fois sombre et aérienne, lugubre et joyeuse avec ces ruissêlements cristallins du piano, ces notes qui s’échangent entre instruments comme dans un passage de relai, cette rythmique légêre qui colore subtilement les sombres résonances de la clarinette, ce discours musical dont la forme rappelle, par ses incidentes, ses accords insistants et ses couleurs à  la fois le « Pierre et le loup » de notre enfance (mais en oubliant le narrateur !) et le Stravinsky du Sacre … Mais foin de ces comparaisons ! Elles ne valent que pour donner l’envie d’en savoir plus ! Car vous l’avez compris, j’aime beaucoup cette musique et il me faut absolument en partager le plaisir avec le monde entier. 😉
Oui, me direz-vous, mais d’abord c’est quoi, c’est où¹, c’est de qui ? – Son titre :

« Lugubre soit ton chant et l’issue victorieuse. Ce vers conclut la strophe, l’antistrophe et l’épode du premier choeur de l’Agamemnon d’Eschyle. Ce vers étrange et fascinant est répété trois fois. Que dit-il au musicien ? Deux idées três contrastées : un chant pour pleurer les morts et une victoire militaire. Cette piêce a été écrite en mai 2005, dans le cadre de l‘Arraymusic Young Composer’s Workshop et jouée au concert de clôture à  Toronto, le 29 mai 2005″.


– Le Compositeur en est Fabrice Peyrot. Pas vraiment connu encore du grand public, mais je ne suis pas le seul à  lui promettre une grande carriêre. Vous saurez tout de lui sur son site, ici : http://www.fabricepeyrot.com
O๠écouter sa musique ? Facile, sur notre radio (les cinq derniêres minutes de l’œuvre, cliquer en haut à  droite) mais surtout ici, en qualité presque professionnelle : – Et puis évidemment sur son site où¹ d’autres compositions vous attendent, tout aussi attachantes. Et maintenant, pour ceux qui n’aimeraient pas la musique atonale – je sais qu’il en existe, hélas ! 😉 – voici une autre musique contemporaine que j’aime aussi beaucoup, cette fois d’un compositeur que l’on connait bien sur notre Salon de musique puisqu’il s’agit du Compositeur Alex Millet. Il vit au Etats-Unis, d’où¹ il nous envoie de temps en temps une nouvelle composition. Voici son « Allegro » (1er mouvement) dont on peut écouter également un extrait depuis longtemps sur notre Radio (cliquer en haut à  droite). Comme la précédente, cette œuvre utilise la Vienna Symphonic Library (VSL). Encore 8 minutes de três belle musique :

2 réflexions au sujet de « Musique contemporaine, deux beaux exemples »

  1. D’aucuns s’étonnent en privé que "je fasse de la publicité" à  la musique de Fabrice Peyrot alors qu’il n’est plus adhérent du Salon, après les incidents regrettables qu’il a provoqué sur le forum, en mon absence, cet été.
    A ceux-là  je réponds : après qu’on s’en soit expliqué tous les deux, FP a exprimé ses regrets à  ce sujet.
    Sur le fond, ces incidents, tout regrettables qu’ils soient n’enlèvent rien, à  mes yeux, à  la qualité de sa musique. Mais ça, ça se discute ! C’est mon avis personnel, parfaitement subjectif :-/

  2. Merci en tous cas pour cette chronique consacrée à  ces excellentes musiques contemporaines, les œuvres musicales des jeunes auteurs ne sont pas si souvent mises en valeur, et c’est très bien de continuer à  le faire ici !
    L’ «Allegro » d’Alex Millet ( et « Chicago » que j’ai entendu aussi sur le forum), sont remarquables, éminemment descriptives et fort bien écrites des moments d’évasion de grande qualité, à  savourer une fois que l’on est entré dans cet univers particulier, à  la fois narratif et combatif
    Les œuvres de Fabrice Peyrot ( du moins les extraits présentés ici) sont celles d’un compositeur extrêmement sà»r de son art et de sa science. La force et la précision de son écriture sont saisissantes. On apprécie autant les thèmes choisis, que l’orchestration : originaux et si bien traités Plus que « Lugubre soit son chant » c’est l’œuvre précédemment présentée sur le site, qui était comme taillée pour ma part dans du roc, ou du diamant
    ( me parlait-on pas du piano diamantaire d’un Dutilleux ?) mais je ne me souviens plus du titre de la pièce qui est certainement l’œuvre la plus aboutie J’ai vu aussi que les "Choéphores" possèdent déjà 
    un "Prologue" très réussi, qui annonce une œuvre ambitieuse, et enthousiasmante, elle fera parler d’elle très certainement…
    Le titre « Les Choéphores » ( et son livret) m’ont aussi rappelé l’œuvre si belle de Darius Milhaud
    Bref, les mélomanes le savent bien, quand la musique est belle ça vaut la peine de lui consacrer de "nouvelles pages" et beaucoup d’attention !
    Mazurka

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *