Le Parc Georges Brassens et L’Harmonie des Deux Rives

En ce samedi ensoleillé, je me suis rendue au Parc Georges Brassens. Il y avait une rumeur étrange et inhabituelle, c’était L’Harmonie des Deux Rives qui donnait un concert très original.

50 musiciens bénévoles avec leurs beaux instruments, tous en polo rouge, avec un chef imposant mais agile, Joël Izaguirre. (Ils recrutent et répètent dans le 13me arrondissement de Paris). Dans cette harmonie, il règne une bonne ambiance. Les musiciens jouent bien, avec plaisir et générosité, ils méritent qu’on les écoute.

Samedi 16 juin ils seront au Kiosque du Square Ranelagh vers 16 heures (Métro La Muette). Voici une idée du programme. Classique : Le pays du sourire de Lehar Ruslan et Ludmilla de Glinka

Musiques de Films : Robin Hook de Michael Kamen Crazy Tom de Gabriel Yared America de Leonard Bernstein

Variétés : La Javanaise de Gainsbourg Un poco cinco de Fluck Pierrot de Wolf

J’étais réticente à aller me promener dans ce parc… c’était un abattoir autrefois et on y tuait beaucoup de chevaux, nobles animaux que je ne mangerai jamais ! « Le Parc Georges Brassens a été aménagé en 1982, à l’emplacement du marché aux chevaux et des anciens abattoirs de Vaugirard dont l’activité a perduré de 1897 à 1979. De cette époque datent les deux pavillons d’octroi qui encadrent l’entrée principale ainsi que le campanile de la « vente à la criée » et le portique en pierre orné d’une tête de cheval sculpté par Jules Dechin, à l’intersection avec la rue Brancion. Les deux sculptures de taureaux furent rajoutées plus tard : il s’agit de vestiges de l’Exposition Universelle de 1878. Réalisées par Isidore-Jules Bonheur, elles étaient autrefois situées dans les jardins du Champ-de-Mars…. » (in Paris Villages n° 21 – Le Magazine du Patrimoine Parisien – avril-mai 2007). Réticente, oui, mais il y avait Brassens et le marché aux livres d’occasion tous les week-ends ! Alors, j’ai habillé mon mental de zen (c’est digne de Jean-Claude Vandamme, ça) et depuis, je suis allée m’y promener souvent, faire mon Taï Chi, photographier les fleurs, les canards, tout ce qui se photographie.

Auprès de mon arbre, Je vivais heureux, J’aurais jamais dû m’éloigner de mon arbre….. J’aurais jamais dû le quitter des yeux… Georges est maintenant à jamais sous les arbres, la sculpture n’est pas des plus réussies mais au –delà de cette masse figée et trop sombre, je me souviens de l’homme, du poète, du chanteur, de son accent, de sa timidité – souvenez-vous ? Chancel l’invitait souvent avec Raymond Devos dans son Grand Echiquier pour qu’il se sente plus à son aise :

Au rendez-vous des bons copains Y’avait pas souvent de lapins, Quand l’un d’entre eux manquait à bord, C’est qu’il était mort…. Georges Brassens a vécu très longtemps tout à côté de « son » Parc – rue Santos Dumont, dans cette belle rue où j’ai trouvé ce mur décoré et orné de cette phrase que j’ai mise en sous-titre de ce billet.

Le mur murant Paris rend Paris murmurant (Victor Hugo) J’aurais aimé me trouver avec Jean-Louis, Jean-Armand, Mazurka et Gershwinou pour écouter cette Harmonie si sympathique sous les arbres auprès de notre poète familier et aimé, dans la lumière de ce début de juin. Plus tard, nous nous serions promenés au marché aux livres et nous aurions rendu visite à Max Poilâne pour déguster ses chaussons aux pommes tout chauds……

Au bois d’Clamart y’a des petit’s fleurs, Y’a des petit’s fleurs Y’a des copains au, au bois d’mon cœur, Au, au bois d’mon cœur.

Théâtre de Polichinelle

11 réflexions au sujet de « Le Parc Georges Brassens et L’Harmonie des Deux Rives »

  1. Héhé…Nous aussi on aurait aimé se promener là  avec toi, mais on trouvera d’autres occasions, n’est-ce pas? 😉

  2. Cela m’aurait fait d’autant plus plaisir de vous y retrouver, que je suis né juste en face du parc Georges Brassens, et y ai vécu de nombreuses années. Mes parents habitent encore là .

  3. j’habite dans le quartier et je serai samedi prochain sous le kiosque à  16h avec mon tuba et mon groupe "Dixie Memory Jazz Band" pour un concert au soleil j’espère.

  4. He bien ! il y a du beau monde sur ce kiosque du Parc Brassens!!
    Peut-être se trouvera t-il d’aimables musiciens pour jouer la musique de nos compositeurs du Salon de musique?
    Je pense notamment à  Alex Millet :
    musiqueharmonie.fr/sectio…

    Il a notamment publié un morceau pour orchestre à  vents, Allégro Deciso, qu’on peut écouter/télécharger ici :
    musiqueharmonie.fr/downlo…
    (Nota : c’est peut-être un peu difficile à  jouer pour un orchestre amateur?….)

  5. Belles photos, beau billet, en tous cas, … Mais on pourrait aussi proposer des concerts d’orgue "portatif" ? dans ce kiosque attrayant ?… Merci à  Bianca pour cette nouvelle promenade estivale et festivale !
    M.

  6. Merci pour l’audition de la belle pièce "Allegro Deciso". Elle est très intéressante et n’est pas trop difficile. Cela représente du travail, comme toutes les pièces. L’essentiel est de trouver l’occasion idéale pour la jouer. Un concert en salle evidemment, ce qui est très difficile à  organiser pour nous. Un concert en plein air ne lui donnerait pas toute sa mesure. Un jour peut-être ?…

  7. Je voudrais pas dire, mais Paris village raconte des conneries.
    Les deux taureaux sont l’œuvre d’Auguste Caà¯n (1821-1894) et n’ont jamais vu le trocadero. Mais c’est bien beau quand même. 🙂

Les commentaires sont fermés.